Covid-19 : nouveau bilan des contaminations par les variants britannique et indien

29
Covid-19 : nouveau bilan des contaminations par les variants britannique et indien
Covid-19 : nouveau bilan des contaminations par les variants britannique et indien

L’institut pasteur a annoncé ce 21 mai, un nouveau bilan des contaminations par les variants britannique et indien. 96 nouveaux cas de contaminations par le variant britannique et 15 contaminations par le variant indien ont été recensés entre le 4 et le 15 mai en Algérie.

Concernant les contaminations au variant britannique, 34 cas ont été enregistrés dans la wilaya d’Alger, 03 cas dans la wilaya de Blida, 02 cas à Constantine, 05 cas à Médéa, 04 cas à Msila, 02 cas à Ouargla.

Les wilayas qui ont enregistré un seul cas de variant britannique sont: Bejaia, Bouira, El Oued, Ghardaïa, Souk Ahras, Tissemssilt et Touggourt.

Les 15 cas de variant indien ont été détecté à Ouargla et Tizi Ouzou avec respectivement 14 et 01 cas.

Durant la semaine du 13 au 20 mai 2021, 39 cas de contaminations au variant britannique ont été détectés dans 05 wilayas. 05 cas de la wilaya d’Alger , 15 cas de la wilaya d’Oran, 01 cas de la wilaya de Bejaia , 09 cas de la wilaya de Bouira, 09 cas de la wilaya de Bechar.

Les nouveaux malades contaminés par les variants augmentent

Des spécialistes alertaient sans cesse ces dernières semaines sur une éventuelle 3e vague du coronavirus en Algérie. Leur crainte est notamment alimentée par la hausse du nombre de contaminations aux variants britannique et nigérian dans le pays.

Le nombre total des cas de contaminations par les variants s’élève désormais à 239 cas.

Le bilan reste inquiétant au moment où la campagne de vaccination ne décolle toujours pas. L’Algérie reste très en retard en nombre de vaccinés anti-covid.

Avec moins de 1% de la population vaccinée en Algérie. Le pays est très en retard sur l’objectif d’atteindre l’immunité collective. Dans un entretien au journal électronique TSA, le Dr Mohamed Yousfi, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de Boufarik, est revenu sur l’important retard sur la vaccination qui reste, cependant, le seul moyen pour faire face à la pandémie de la Covid-19.

Article précédentMarches: le ministère de l’Intérieur dément avoir reçu « une demande d’autorisation »
Article suivantLe Haut Conseil de Sécurité, un «conseil de la révolution»?

29 Commentaires

Laisser un commentaire