Moins d’un million de doses reçues par l’Algérie: l’immunité collective est loin, selon le Dr Yousfi

5
Avec moins de 1% de la population vaccinée l'Algérie est très en retard sur l'objectif d'atteindre l'immunité collective. Le Dr Yousfi appelle les pouvoir publics à trouver des solutions

Avec moins de 1% de la population vaccinée l’Algérie est très en retard sur l’objectif d’atteindre l’immunité collective. Dans un entretien au journal électronique TSA, le Dr Mohamed Yousfi, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de Boufarik, est revenu sur l’important retard sur la vaccination qui reste, cependant, le seul moyen pour faire face à la pandémie de la Covid-19.

Déplorant l’insuffisance en matière de communication sur le sujet y compris en direction des professionnels de la santé, le D Yousfi déplore les retards importants enregistrés sur l’opération de vaccination lancée fin janvier dernier.

« On est à moins d’un million de doses de vaccins reçues ce qui est très faible pour pouvoir avancer dans le sens d’une immunité collective », affirme le Dr Yousfi.

Pour lui, le plus désolant est l’attitude défaitiste du premier responsable du secteur Abderrahmne Benbouzid. « Ce qui nous désole aussi, ce sont les déclarations du ministre de la Santé qui dit qu’on ne peut rien faire, qu’on ne peut pas avoir beaucoup de vaccins, car l’Algérie a commandé, mais elle n’a pas été livrée ».

Le Dr Yousfi appelle les pouvoir publics à trouver des solutions

Ces déclarations, estime le chef de service des maladies infectieuses à l’hôpital de Boufarik sont « décevantes » car le rôle des pouvoir publics est avant tout de trouver des solutions aux problèmes. « Ce qui est demandé aux pouvoirs publics, c’est de trouver des solutions à travers le ministère de la Santé et le gouvernement », a-t-il soutenu ajoutant que l’Algérie se devait de faire jouer ses « relations avec certains pays pour augmenter sensiblement le nombre de doses de vaccins pour qu’on puisse avancer plus rapidement dans la campagne de vaccination. »

Dès la fin mars, le Dr Yousfi, avait expliqué que la guerre des vaccins sur le niveau international expliquait le retard de vaccination, mais les autorités devraient communiquer autour de ce sujet et informer les Algériens sur les délais approximatifs de réceptions de nouvelles doses de vaccins et des dates probables de leurs vaccinations.

Au 18 avril, un peu plus de 400 000 Algériens ont été vaccinés, selon les rares communications faites sur le suet. Un chiffre qui souligne le retard enregistré dans l’opération amorcée en grandes pompes fin janvier dernier. La population vaccinée reste très peu nombreuse quatre mois après le début de la vaccination.

Le Gouvernement avait annoncé la fabrication locale du vaccin anticovid russe Spoutnik V en Algérie à partir de septembre? ce qui, selon lui, permettrait d’accélérer la vaccination.

Article précédentWashington en faveur de la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid
Article suivantAu café littéraire « Al Rûmi », la culture rencontre le grand public

5 Commentaires

  1. […] Avec moins de 1% de la population vaccinée en Algérie. Le pays est très en retard sur l’objectif d’atteindre l’immunité collective. Dans un entretien au journal électronique TSA, le Dr Mohamed Yousfi, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de Boufarik, est revenu sur l’important retard sur la vaccination qui reste, cependant, le seul moyen pour faire face à la pandémie de la Covid-19. […]

  2. […] Avec moins de 1% de la population vaccinée en Algérie. Le pays est très en retard sur l’objectif d’atteindre l’immunité collective. Dans un entretien au journal électronique TSA, le Dr Mohamed Yousfi, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de Boufarik, est revenu sur l’important retard sur la vaccination qui reste, cependant, le seul moyen pour faire face à la pandémie de la Covid-19. […]

  3. […] Avec moins de 1% de la population vaccinée en Algérie. Le pays est très en retard sur l’objectif d’atteindre l’immunité collective. Dans un entretien au journal électronique TSA, le Dr Mohamed Yousfi, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de Boufarik, est revenu sur l’important retard sur la vaccination qui reste, cependant, le seul moyen pour faire face à la pandémie de la Covid-19. […]

  4. […] Avec moins de 1% de la population vaccinée en Algérie. Le pays est très en retard sur l’objectif d’atteindre l’immunité collective. Dans un entretien au journal électronique TSA, le Dr Mohamed Yousfi, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de Boufarik, est revenu sur l’important retard sur la vaccination qui reste, cependant, le seul moyen pour faire face à la pandémie de la Covid-19. […]

  5. […] Avec moins de 1% de la population vaccinée en Algérie. Le pays est très en retard sur l’objectif d’atteindre l’immunité collective. Dans un entretien au journal électronique TSA, le Dr Mohamed Yousfi, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de Boufarik, est revenu sur l’important retard sur la vaccination qui reste, cependant, le seul moyen pour faire face à la pandémie de la Covid-19. […]

Laisser un commentaire