Avant de stocker, l’Algérie doit d’abord acquérir les vaccins nécessaires

2
Avant de stocker, l'Algérie doit d'abord acquérir les vaccins nécessaires
Formation en marketing digital - Mojo CreaLab

Le chef de l’Etat a demandé au cours du conseil des ministres réuni le 04 avril à ce que le gouvernement augmente le stock national des vaccins anti Covid-19 et la concrétisation de la production en Algérie du vaccin russe Spoutnik V dans les plus brefs délais.

La réunion du Conseil des ministres fait état « d’un exposé du ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière portant sur le suivi global des opérations de vaccination et l’état de mise en oeuvre de la stratégie d’acquisition des vaccins », lit-on encore dans le communiqué de la Présidence de la République.

Le ministre a assuré que les enveloppes financières sont disponibles en exécution des engagements de l’Etat.

Selon les données publiées à ce jour, l’Algérie ne dispose pas de stocks de vaccins anti covid-19. Le gouvernement avait acquis 50 000 vaccins russes et 50 000 autres britanniques AstraZeneca.

Acquérir ou stocker les vaccins?

La Chine avait par la suite fait don de 200 000 doses de vaccins suivies par l’arrivée ce samedi 03 avril du premier lot de 364.800 doses du vaccin anti Covid-19 AstraZeneca dans le cadre de la coalition internationale de distribution du vaccin contre la Covid-19 (COVAX).

Le ministère de la Santé s’était contenté, jusque là, d’affirmer que «toutes les doses des vaccins importées, à ce jour, ont été administrées, à l’exception de quantités du vaccin chinois ».

Le même programme Covax, faut-il le relever, prévoit une totalité de un peu plus de 2,2 millions de doses de vaccins AstraZeneca pour les populations les plus vulnérables du pays.

Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid avait, de son côté, déclaré, fin du mois dernier, que l’Algérie recevra un total de 920.000 doses dU vaccin russe « Spoutnik V » avant la fin du mois d’avril.

Ainsi, et selon les données dont on dispose à ce jour, il s’agirait plutôt pour l’Algérie de parvenir à acquérir de nouvelles doses de vaccin en dehors des dons internationaux et de pouvoir négocier la livraison dans une conjoncture de forte demande internationale et de planifier, par la suite, un programme de vaccination réel.

Selon le professeur Mohamed Yousfi, Chef de service d’hématologie et infectieux à l’hôpital de Blida, seuls 0,17% de la population a été vacciné à fin mars. Il s’agissait d’une première estimation relative au niveau de la vaccination qui n’a jamais été donnée ni par la commission de suivi de la pandémie ni par le porte-parole du gouvernement. Un taux très faible si on le compare avec les pays voisins notamment le Maroc qui compte désormais, selon les données de l’OMS, plus de 8 millions de personnes déjà vaccinées.

Article précédentMontage des véhicules, balance de paiements, argent informel … ce qu’a dit Tebboune
Article suivantJordanie: fracture dans la famille royale, le prince Hamza refuse d’obéir au roi

2 Commentaires

Laisser un commentaire