Coronavirus: au moins 100.000 doses de vaccins administrées en Algérie

8
Coronavirus: au moins 100.000 doses de vaccins administrées en Algérie
Coronavirus: au moins 100.000 doses de vaccins administrées en Algérie

Les autorités sanitaires donnent de minces détails à propos de l’évolution de la campagne de vaccination en Algérie. C’est le porte-parole du comité scientifique chargé du suivi de l’épidémie de coronavirus, le Dr. Djamel Fourar, qui dévoile, ce lundi 08 mars 2021, quelques chiffres dans une déclaration à l’agence de presse officielle (APS).

L’ex-directeur de la prévention et de la lutte contre les maladies transmissibles au ministère de la Santé n’a pas dévoilé le nombre de personnes vaccinées depuis le début de la campagne, le 30 janvier 2021 dans la wilaya de Blida. Il a, uniquement, fait savoir que « toutes les doses des vaccins importées, à ce jour, ont été administrées, à l’exception de quantités du vaccin chinois ».

L’Algérie a réceptionné deux lots de 50.000 doses de vaccins anti-coronavirus de Spoutnik V et AstraZenecca. Elle a reçu, quelques jours plus tard, un lot de 200.000 doses du vaccin Sinopharm, un don de la part de la Chine.

Les doses de vaccins administrées à 50.000 personnes ?

A se référer à ces chiffres, plus de 100.000 doses de vaccin ont ainsi été administrées en Algérie. Dr. Djamel Fourar n’a pas non plus précisé le nombre de doses du vaccin chinois administrées. Les personnes vaccinées devaient recevoir leurs deuxièmes doses trois à quatre semaines après la première injection. En théorie, 50.000 personnes ont déjà été vaccinées et se sont vues administrer les doses de Spoutnik et AstraZeneca.

Par ailleurs, le Dr. Djamel Fourar a fait savoir que près de 16.000 citoyens, tous âges confondus, se sont inscrits sur la plateforme numérique du ministère de la Santé en vue de bénéficier du vaccin contre la Covid-19.

Sur 15.910 personnes désirant se faire vacciner inscrites sur la plateforme numérique jusqu’au 7 mars, 11.684 sont âgées de « 50 ans et plus », soit 73% dont 8.613 ont des maladies chroniques, soit 70%, a appris l’APS de la même source.

En fonction de la réception des doses, les citoyens inscrits, sur cette plateforme ou via les établissements publics de santé, seront convoqués « par ordre de priorité » pour recevoir leurs doses au niveau de ces établissements. Dr Fourar a rassuré que le nombre « important » des citoyens désirant se faire vacciner, après leur inscription « bénéficieront tous de la vaccination au moment opportun et selon l’ordre de priorité ». Ils seront convoqués par SMS ou contactés au téléphone.

Concernant les citoyens qui se sont inscrits au niveau des EPSP, le responsable a précisé que « ces derniers seront insérés sur la liste de la plateforme numérique, car cette opération a été lancée quelques jours après leur inscription ».

S’agissant de la vaccination du personnel de la santé du secteur privé, Dr Fourar a affirmé « qu’il n’y a aucune différence entre les deux secteurs public et privé, appelant tout à chacun à s’inscrire sur la plateforme numérique en vue de bénéficier de cette opération qu’il a qualifié de « souple et flexible ».

Le variant britannique « pourrait mener à une nouvelle vague »

De son côté, le Chef du service du laboratoire des analyses biologiques à l’Etablissement hospitalier public (EHP) à Rouiba, Pr Kamel Djenouhat, également président de l’Association algérienne d’immunologie (SAI), a indiqué que la propagation de variants notamment la souche britannique qui se propage dans certains pays y compris quelques cas enregistrés en Algérie, pourrait mener à une nouvelle vague de ces variants, si les « gestes barrières ne sont pas respectés ».

Dans le but de passer un été calme, il a appelé les Pouvoirs publics à maintenir « les mesures préventives », notamment le port de masques, les qualifiant de « moyen efficace pour endiguer la pandémie ». « Il est difficile de respecter la distanciation physique entre les citoyens notamment dans les moyens de transport et les lieux très fréquentés, c’est pourquoi il est impératif de porter des masques et d’aérer ces endroits en vue d’empêcher la propagation du virus », a-t-il expliqué.

Concernant les cas atteints par les variants du virus, le même spécialiste a recommandé l' »isolement de tous les patients, en les gardant au niveau des hôpitaux, afin de rompre la chaine de contamination et d’éviter ainsi une nouvelle vague de cette souche ».

Pour rompre la chaine de contamination, l’immunologue a insisté sur la vaccination massive de manière graduelle en fonction des doses reçues afin d’atteindre 70% de la population.

Article précédentClassement de la musique Raï à l’UNESCO: le dossier à nouveau déposé fin mars 2021
Article suivant8 mars à Alger: « un combat et non pas une fête »

8 Commentaires

Laisser un commentaire