Tebboune : « 3 milliards de dollars ont été dépensés dans le gonflage des pneus »

1
Tebboune :

Le président Abdelmadjid Tebboune est revenu, ce mardi 28 septembre, sur la « stratégie » du montage de véhicules à l’époque des gouvernements Bouteflika.


« 3 milliards de dollars ont été dépensés dans le gonflage des pneus. Il est regrettable que la réflexion économique se réduise au gonflage des pneus et à l’assemblage des voitures pour, en plus, les vendre à prix élevés », a dénoncé Abdelmadj Tebboune, lors de la cérémonie d’installation des membres du Conseil national économique et sociale et environnemental (CNESE) au Palais des nations, au Club des pins, à l’ouest d’Alger.


L’Algérie devrait être, selon lui, un pays producteur et exportateur au lieu d’importer « les choses les plus simples ».


« Nous n’avons pas besoin d’idées importées » a déclaré Abdelmadj Tebboune


Le chef de l’Etat s’est dit être du côté des investisseurs qui se plaignent de la bureaucratie. » « Oui, la bureaucratie existe. Et, il n’y a plus rien qui justifie pareilles comportements. il y a une bureaucratie qui est la conséquence d’un abus d’autorité mal placée ou d’une volonté de combattre le développement », a-t-il constaté.


Et de poursuivre : « l’immobilisme ne se justifie plus. Que chacun assume ses responsabilités(…) Que celui qui veut travailler se retrousse les manches et n’attende pas l’Etat. L’Etat est là pour orienter ». L’Algérie est, selon lui, riche par ses compétences, ses savants et ses génies « capables de diagnostiquer le mal » et « trouver des solutions ».


« Nous n’avons pas besoin d’idées importées. Nous acceptons la confrontation des idées pour avancer mais nous refusons le conflit entre institutions. Nous devons construire une véritable économie. Ce que nous avons actuellement est une para-économie », a-t-il prévenu.


Tebboune a souligné le rôle du CNESE dans l’élaboration des idées et des orientations en matière économique, sociale et environnementale.  « J’appelle le CNESE à jouer le rôle de l’intermédiaire, d’évaluation et de prospective », a-t-il déclaré soulignant l’élargissement des prérogatives de cette institution consultative. 

Article précédentParticipation et boycott, tactiques ou stratégies?
Article suivant90 milliards de dollars circulent dans le secteur informel en Algérie

1 commentaire

Laisser un commentaire