L’exposition « Intramuros » consacrée au design d’objets

0
L'exposition
L'exposition "Intramuros", consacrée au design d'objets

Le programme de la biennale Algéro-française de design se poursuit, avec l’inauguration hier 14 juin de la troisième exposition « intramuros », à Villa Abdelatif. L’exposition rend compte de plusieurs installations avec des concepts artistiques différents sur la manière d’aménager l’intérieur des maisons avec une mise en valeur esthétique et une exploitation intelligente de l’espace.

« Intramuros est l’exposition qui va réconcilier ses visiteurs avec la notion du design. Le grand public quand il pense design, il pense objets. Cette exposition va mettre en valeur la notion du design dans les objets du quotidien. Dans cette exposition, on peut voir une parfaite cohésion entre les participants. « Nous avons des architectes qui exposent du mobilier et des designers qui exposent des installations d’art et c’est un peu ça le thème et l’esprit de DZign 2020+1« , explique Feriel Gasmi Issiakham, le 13 juin, lors de l’inauguration de l’exposition « Intramuros » .

« Intramuros » vient compléter deux autres expositions de la biennale, « Explore Outside The Box, photographiez la cité de demain » organisée à l’Institut français d’Alger (Ifa), du 27 mai au 27 juin et « Extramuros » aux ateliers sauvages du 3 au 26 juin.

Parmi les installations proposées à l’exposition « intramuros » dédiée à l’objet, « Lem’karfès » (le froissé), un service de table en argile travaillée, du trio, Karim Sergoua, Rachida et Samia Merzouk.

Lem’karfès

« Ybrid » (Jungle de Bêton) de Sara Aloui met en valeur des objets de décoration en bêton, fabriqués de manière artisanale.

Ybrid

Mouna Boumaza et Khalil Bensalem, cofondateurs de « Kutch », ont exposé une table à multi-usage en laiton, exploitant les déchets du bois de premier usinage (Copaux, sciure et écorces pures ) pour la fabrication de ces supports, ainsi que le mat d’une lampe qui pointe au dessus de la table.

Hommage à Mahjoub Ben Bella à l’exposition Intramuros

Une collection de céramiques de l’artiste Mahjoub Ben Bella décédé en juin 2020, est exposée pour la première fois au public.

« C’est une collection appartenant au fond de l’agence algérienne de raisonnement culturel (AARC). Nous l’avons appelée « céramique inachevée », car le travail n’a jamais été terminé. Les céramiques à l’état de biscuits, sont montrés pour la première fois dans cette exposition », précise Feriel Gasmi Issiakhem.

Feriel Gasmi Issiakhem a tenté de reconstituer le puzzle de ce travail resté inachevé. Elle a recueilli des témoignages de personnes qui ont collaboré avec Mahjoub Ben Bella sur ce projet.

Mustapha Ornif, directeur de l’AARC en 2014, témoigne que ce projet est né suite à l’exposition rétrospective de « Mahjoub Ben Bella » organisé au Mama en 2012.

« Après cette exposition Mahjoub Ben Bella a offert au MAMA, 7 ou 8 œuvres exposées dont une de 8mètres sur 2. Cette donation n’a pas été concrétisée à l’époque », ajoute-t-il.

Il raconte que Mahjoub Bel Bella avait souhaité faire une résidence à Villa Abdelatif pour créer une série de céramiques que l’AARC aurait été l’éditeur et dont une partie serait offerte au Mama.

Feriel Gasmi Issiakhem souligne que les croquis remis par l’AARC rendent compte du travail entamé et des intentions formelles de l’artiste.

L’exposition Intramuros est visible jusqu’au 26 juin.

Article précédentIl est encore temps de voir la réalité en face ..
Article suivantCoronavirus: 354 nouveaux cas et 8 décès ces dernières 24 heures en Algérie

Laisser un commentaire