Lancement de la biennale de Design: repenser la ville d’Alger en répondant aux enjeux de la société

2
Lancement de la biennale de Design: repenser la ville d'Alger en répondant aux enjeux de la société
Lancement de la biennale de Design: repenser la ville d'Alger en répondant aux enjeux de la société/Crédit Sofiane Bakouri

La biennale Algéro-française de design s’est ouverte hier 26 mai à l’institut français d’Alger. Placée sous le thème « réinventer la ville par le design », cet évènement mettra en valeur, tout au long du mois, des projets de concepteurs innovants qui permettront au public de mieux cerner la notion du design dans l’environnement urbain.

« Dans le projet de la biennale de design on parle de concepteur et non de designer. Le terme concepteur englobe les architectes, les artisans, les artistes, ingénieurs, chercheurs et enfin les designers. C’est pourquoi dès le départ nous avons décidé de prendre la ville comme exemple pour justement requestionner la ville dans son rapport avec ces métiers » précise Feriel Gasmi Issiakhem commissaire de Designe2020+1.

Dans son allocution, Feriel Gasmi Issiakhem est revenue sur l’organisation de cette biennale de design qui devait se tenir l’an dernier, mais a cause de la pandémie, elle a été reportée. L’organisation a fait de cette contrainte une opportunité pour enrichir le programme, qui s’étalera sur un mois.

Au cours de cet évènement, et à travers les conférences, expositions, et projet, la notion du design sera expliqué dans sa globalité. Pour Feriel Gasmi Issiakhem, le design est sans cesse redéfini, et à ce jour personne ne peut donner une définition arrêtée du design. Car le design évolue énormément avec les conjonctures actuelles.

« La pluridisciplinarité est au cœur du projet design. À mon sens je l’entends comme dessein, car c’est un projet d’intention. C’est le projet qui est dans une approche de réflexion par rapport à des territoires donnés dans lesquelles le designer vit. Il suffit d’être en accord avec les réalités locales pour s’investir intelligemment car l’intelligence du designer est dans cette justesse de l’utilisation des matières », explique la commissaire de la biennale.

Lancement de la biennale de Design: repenser la ville d’Alger en répondant aux enjeux de la société/Crédit Sofiane Bakouri

Feriel Gasmi Issiakhem cite le premier défi auquel est confronté le designer quand il prend en charge un projet. Il se pose systématiquement la question « . »Est-ce que cet objet ou ce bâti est nécessaire? « . Elle explique qu’au 21e siècle, un projet design est sensible car il doit prendre en considération la consommation énergétique des bâtiments, la durabilité, la circularité, la notion du zéro déchets, et les réalités locales.

« Aujourd’hui le designer est apparenté au principe de consumérisme, qui exige la protection des intérêts du consommateur. Seulement consommateur est toujours demandeur de ce qui est nouveau et différent. À quel moment le concepteur peut-il se situer pour ne pas être responsable de cette consommation surabondante? Le défi est aujourd’hui éthique et moral car il faut construire sans faire mal à l’environnement », précise-t-elle.

L’ambition de de cette biennale de design pour repenser Alger, est de montrer comment le design, par la diversité de ses méthodes d’action dans l’espace urbain, répond à des enjeux qui concernent la société dans son ensemble.

Première expo de la biennale de design, « photographiez la ville de demain »

Un jury d’experts s’est réuni en février 2020, pour sélectionner les 22 étudiants qui exposent leurs projets pour la première exposition de la biennale « explore Outside The Box, photographiez la cité de demain».

Les 22 étudiants, issus de 12 écoles algérienne et française, nous amènent dans plusieurs villes notamment Alger, Moscou, Nancy, Marseille…etc.


« Ils sont tous de futurs architectes et designer issus d’école d’art de design et d’architecture qui parle de design à travers un médium qui est la photo », souligne Feriel Gasmi Issiakhem.

L’exposition « explore Outside The Box, photographiez la cité de demain», reste visible pendant un mois. Les visiteurs doivent s’inscrire au préalable.

Pendant un mois, du 27 mai au 27 juin 2021, puis en novembre 2021, Alger sera la « capitale méditerranéenne » du design et de l’architecture, avec plusieurs grandes expositions, des conférences, rencontres, Masterclasses, ateliers, projections, et travaux de réaménagement urbain. Plusieurs grandes personnalités y participeront, dont Matali Crasset, Jean-Paul Viguier, Philippe Starck, Marc Aurel, Yamo, Kamel Louafi, Djamel Klouche ou encore Chafik Gasmi.

Article précédentDe la Commune de Paris et de l’Algérie
Article suivantSclérose en plaques et Covid: inquiétudes autour de certains traitements

2 Commentaires

Laisser un commentaire