Un premier vol commercial direct entre Israel et le Maroc

0
Un premier vol commercial direct entre Israel et le Maroc
Un premier vol commercial direct entre Israel et le Maroc

Le premier vol commercial direct entre le Maroc et Israel survolait mardi la Méditerranée avec à son bord le gendre du président américain Donald Trump, Jared Kushner, et un conseiller du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, preuve que la normalisation des relations entre les deux pays est bien en route.

Après les Emirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan, le Maroc est devenu le quatrième pays du monde arabe à annoncer cette année une normalisation de ses relations avec Israël sous l’égide des Etats-Unis, avec à la clé un vol direct de Tel-Aviv vers Rabat qui a décollé mardi matin.

Avant la pandémie de nouveau coronavirus, le Maroc accueillait chaque année entre 50.000 et 70.000 touristes juifs, pour la plupart en provenance indirecte d’Israël.

«50.000 Israéliens viennent tout juste de se rendre à Dubaï et ce qui se passe là-bas est une révolution parce que les Emiratis les ont accueillis chaleureusement (…) et la même chose va se produire maintenant à Rabat et Casablanca», avait déclaré lundi soir Benjamin Netanyahu dont le conseiller spécial à la sécurité, Meir Ben Shabbat, s’est aussi envolé mardi pour Rabat à bord d’un avion de la compagnie israélienne El Al.

Ce vol Tel-Aviv/Rabat doit être suivi par la signature d’accords au Maroc et le développement, à terme, de lignes aériennes directes entre les deux pays.

Sahara Occidental/Palestine

En acceptant de relancer officiellement ses relations avec Israël, le Maroc a obtenu en contrepartie que le président Trump reconnaisse sa «souveraineté» sur le Sahara occidental, une ex-colonie espagnole que lui disputent depuis des décennies le Front Polisario, soutenus par l’Algérie.

L’accord propose d’ailleurs l’ouverture d’un consulat américain au Sahara Occidental et un programme d’investissement américain, que la presse marocaine assure colossal, la réouverture de bureaux diplomatiques à Tel-Aviv et Rabat, fermés au début des années 2000, et le développement de la coopération économique bilatérale.

Mais comme le Sahara Occidental, le soutien aux Palestiniens est considéré une «cause nationale» au Maroc.

Si, selon l’agence officielle MAP, les Marocains ont célébré dans le monde entier la «marocanité du Sahara», deux manifestations pro-palestiniennes ont été interdites la semaine dernière à Rabat, avec une mobilisation impressionnante des forces de l’ordre.

Les Palestiniens, du Fatah laïc de Mahmoud Abbas aux islamistes du Hamas, s’opposent à ces accords, estimant que la normalisation des relations entre Israël et le monde arabe aurait dû se faire après un accord de paix israélo-palestinien et non avant.

Coopération ancienne

Israël, qui compte des centaines de milliers de juifs d’origine marocaine, et le Maroc, où vit encore la communauté juive la plus importante d’Afrique du Nord, avaient déjà entretenu des relations officielles à la fin des années 1990.

Deux bureaux diplomatiques ont assuré la liaison après les accords de paix israléo-palestiniens d’Oslo de 1993, jusqu’à leur fermeture après le déclenchement de la deuxième intifada en 2000.

Le nouvel accord formalise «un partenariat de facto remontant à plus de 60 ans», avec notamment une «coopération dans le domaine du renseignement et de la sécurité», a rappelé Ahmed Charaï, patron de presse marocain connu pour sa proximité avec les cercles de pouvoir, dans une chronique publiée par le Jerusalem Post.

Fait rare dans le monde arabe, le Maroc revendique «l’affluent juif» de son histoire, sous l’impulsion du roi Mohammed VI. Casablanca accueille notamment un «musée du judaïsme marocain».

Article précédentCovid-19: une shortlist de vaccins arrêtée pour une campagne dès janvier 2021
Article suivantL’ONS sous la tutelle du ministre de la Numérisation et des Statistiques

Laisser un commentaire