Théâtre: l’interdiction et l’interruption de deux spectacles font polémique

1
Théâtre: l'interdiction et l'interruption de deux spectacles font polémique
Théâtre: l'interdiction et l'interruption de deux spectacles font polémique

La célébration de la journée internationale du théâtre en Algérie a été entachée par deux polémiques, imputées au ministère de la Culture et des Arts. Un spectacle a été interdit dans la wilaya de Chlef tandis qu’un autre a été interrompu au Théâtre National Algérien (TNA) Mahieddine Bachtarzi, samedi 27 mars 2021.

Un groupe de jeunes acteurs s’est vu refuser l’accès à la salle de théâtre de la Maison de la Culture de Chlef pour y interpréter la pièce « Tafi Dou » (Eteins la lumière). « Les scandales se poursuivent dans la wilaya de Chlef », regrette un des acteurs, Djamel Oudjedi, dans une vidéo diffusée en direct sur sa page Facebook après l’annulation de la pièce. Il fait notamment référence au collectif de youtubeurs, Short Kanj, dont les membres ont décidé de se séparer après avoir été condamnés à de la prison avec sursis avec saisie de leurs matériels, leurs téléphones portables et leur véhicule.

Djamel Oudjedi et son équipe préparait ce spectacle depuis 5 mois, « pour honorer la ville de Chlef et lancer de la meilleure des manières la célébration de la journée internationale du théâtre », a-t-il déclaré. « Mais nous voici au cimetière des jeunes artistes, où nos rêvent se brisent, dans la Nouvelle Algérie qui ne cesse pourtant de parler de la Jeunesse », poursuit M. Oudjedi.

Le même acteur explique que le « Directeur de la Maison de la Culture n’y pouvait rien, ayant reçu une instruction de la tutelle ». « On nous a dit que le spectacle a été annulé et la Maison de la Culture fermée pour des raisons inconnues. On nous a déjà dit que notre spectacle est politique. Nous leur avons affirmé le contraire, les invitant même à venir voir nos répétitions. Après cinq mois de travail et de sacrifices, on vous annonce, 30 minutes avant le début de la pièce, que votre spectacle a été annulé », poursuit encore Djamel Oudjedi dans son live.

Arrêt « préventif » du Directeur de la maison de la Culture temporairement

La polémique a vite fait réagir le ministère de la Culture. Dans un communiqué de presse, la tutelle a démenti ce dimanche 28 mars le prétexte avancé par le Directeur de la maison de la culture, faisant savoir que ses services n’ont jamais émis la moindre instruction ou décidé d’interdire le spectacle « Tafi Dou », de Djamel Oudjedi et ses collègues.

« Le ministère de la Culture informe l’opinion publique que ce n’est pas dans ses traditions d’interférer avec la programmation des spectacles de théâtre ». Ses services « annoncent ainsi l’ouverture d’une enquête » sur les circonstances de cette fermeture et la suspension « préventive » du directeur de la maison de la Culture de Chlef.

Une décision qui surprend un des membres de l’équipe du spectacle, le technicien de lumières, Aichouba Abdelkader, qui affirme dans un commentaire que le directeur de la maison de Culture « est un homme chaleureux qui était disponible, à (nos) côtés ».

Un spectacle interrompu au TNA à Alger

Le même jour, une autre pièce a été interrompuepar une baisse de rideau. Cette fois-ci au théâtre national algérien (TNA)Mahieddine Bachtarzi, à Alger.

Selon des spectateurs dans la salle, « la pièce a été interrompue, une voix off s’est excusée auprès du public avant que le spectacle ne reprenne une heure plus tard ». Plusieurs personnes ont affirmé que cette interruption a été décidée par le TNA afin de permettre à la ministre de la Culture, Malika Bendouda, « en retard, d’y assister depuis le début ».

La comédienne Ait Ouali Touna a affirmé avoir « appelé un responsable du TNA qui a affirmé que l’administration n’était pas derrière cette baisse de rideau ». La décision a tout de même suscité une vive colère chez les comédiens et les professionnels du secteur.

La polémique pousse le Théâtre national algérien à « démentir des informations selon lesquelles la suspension d’une représentation théâtrale prévue samedi soir a une relation avec la ministre ».

Le TNA a affirmé que « la décision d’interrompre le spectacle pour quelques minutes est du à une erreur dans la programmation ». L’administration s’est ainsi « excusé à propos de cette erreur », affirmant que « toutes les mesures sront prises pour éviter que ces incidents ne se répètent pas à l’avenir.

Article précédentCoronavirus: 86 malades confirmés et 3 décès ces dernières 24h en Algérie
Article suivantPlusieurs manifestants remis en liberté à Alger

1 commentaire

Laisser un commentaire