Sonatrach résilie le contrat de PetroCeltic, Sunny Hill Energy promet des poursuites

0
Sonatrach résilie le contrat de PetroCeltic, Sunny Hill Energy promet des poursuites
Sonatrach résilie le contrat de PetroCeltic, Sunny Hill Energy promet des poursuites

La compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach, a annoncé ce jeudi 15 avril 2021 avoir résilié un contratavec la société Petroceltic International PLC, filiale de Sunny Hill Energy, pour la rechercheet l’exploitation d’hydrocarbures sur le périmètre Isarène (blocs 228 et 229a), conclu le 26 septembre 2004. Dans un communiqué de presse, Sonatrach affirme avoir procédé à cette résiliation « dans le respect du contrat ».

Sunny Hill Energy, société britannique associée à la compagnie algérienne sur ce projet, a annoncé son intention de recourir à « tous les moyen légaux pour se faire indemniser les dommages estimés à plus d’un milliard de dollar ».

« SONATRACH a procédé en date du 12 avril 2021 à la résiliation du contrat pour la recherche et l’exploitation d’hydrocarbures sur le périmètre Isarène (blocs 228 et 229a), conclu le 26 septembre 2004 avec la société Petroceltic International PLC, sous l’égide de la loi n° 86-14 du 19 Août 1986, modifiée et complétée, relative aux activités de prospection, de recherche, d’exploitation et de transport par canalisation des hydrocarbures », annonce la compagnie.

« SONATRACH a procédé à cette résiliation dans le respect du contrat et notamment des clauses qui lui reconnaissent ce droit ». La compagnie explique avoir exercé ce droit « après avoir vainement demandé à Petroceltic Ain Tsila de se conformer à ses obligations contractuelles ».

En vertu de la notification de résiliation, « un délai est accordé à Petroceltic pour opérer le transfert des opérations pétrolières à SONATRACH », poursuit la compagnie.

Sunny Hill Energy victime d’une manière « agressive et irrationnelle »

Sunny Hill Energy ne l’entend pas de cette oreille. Pour Angelo Moskov, Président de cette compagnie pétrolière, dont Petroceltic est la filiale, « Sonatrach a agi de manière agressive et irrationnelle ».

« L’expropriation de nos intérêts, sans compensation, est le type d’action attendue du Venezuela d’Hugo Chavez et non d’un pays comme l’Algérie, qui proclame le respect de l’Etat de droit. Cette action injustifiée sera très préjudiciable aux tentatives de l’Algérie d’attirer des investissements étrangers », a-t-il déclaré.

De son côté, Toufik Hakkar affirme, dans une déclaration à Bloomberg, « avoir tout essayé avec » PetroCeltic. « On ne peut pas se permettre de tolérer des retards dans les projets ».

« Pour rappel, Petroceltic dont le taux de participation était de l’ordre de 75% à la signature du contrat, a réduit sensiblement sa participation par deux cessions successives de ses droits et obligations formalisées par des avenants. A la date de résiliation, ce taux était de 38,25% », poursuit Sonatrach dans son communiqué.

« Par ailleurs, il y a lieu de signaler que le plan de développement de ce périmètre a été approuvé en 2012 pour une mise en service en 2017 avec un niveau de production de 10 millions m3 par jour de gaz, 17 milles barils par jour des GPL et 11,5 milles barils par jour de Condensat. SONATRACH poursuivra les efforts de développement de ce projet dans l’objectif d’une mise en production de ce gisement en novembre 2022 », conclut le communiqué.

Article précédentBiden sanctionne durement Moscou et expulse dix diplomates russes
Article suivantCoronavirus: 167 nouveaux cas de coronavirus en Algérie

Laisser un commentaire