Saïd Chanegriha reçoit François Lecointre, son homologue français

0
Saïd Chanegriha reçoit François Lecointre, son homologue français
Saïd Chanegriha reçoit François Lecointre, son homologue français

Le général de Corps d’Armée Saïd Chanegriha, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), a reçu ce jeudi 8 le général d’armée, François Lecointre, chef d’Etat-major des Armées françaises,au siège de l’Etat-major de l’ANP, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN).

« Cette rencontre a constitué une occasion pour les deux parties afin de discuter de l’état de la coopération militaire entre les deux pays et échanger les analyses et points de vue sur les questions d’intérêt commun », précise la même source, ajoute la même source.

« L’Algérie considère que la stabilité et la sécurité de son voisinage sont directement liées à sa sécurité. Pour cela, d’énormes efforts sont consentis par mon pays à travers l’adaptation des dispositifs militaires tout au long des frontières, en vue de concrétiser la stabilité dans les pays de l’espace méditerranéen », a affirmé le général de Corps d’Armée Saïd Chanegriha.

« A cet effet, consciente de l’ampleur du danger que représente le terrorisme sur la paix et la stabilité régionales, l’Algérie n’a pas lésiné sur les initiatives et le soutien en direction de ses voisins pour coordonner les efforts sur la base d’une vision commune, à travers le mécanisme du Comité d’état-major opérationnel conjoint (CEMOC) », a-t-il ajouté.

Chanegriha évoque laréhabilitation des deux anciens sites d’essais nucléaires

A cette occasion, le général de Corps d’Armée a évoqué « la problématique liée à la réhabilitation des deux anciens sites d’essais nucléaires français, à Reggane et In-Ikker ».

« Je tiens à évoquer la problématique des négociations, au sein du Groupe algéro-français, au sujet des anciens sites d’essais nucléaires et des autres essais au Sahara algérien, où nous attendons votre soutien, lors de la 17ème session du groupe mixte algéro-français, prévue en mai 2021, pour la prise en charge définitive des opérations de réhabilitation des sites de Reggane et In Ekker, ainsi que votre assistance pour nous fournir les cartes topographiques permettant la localisation des zones d’enfouissement, non découvertes à ce jour, des déchets contaminés, radioactifs ou chimiques », a-t-il indiqué.

L’armée algérienne avait, pour la première fois dans l’histoire de deux pays, demandé officiellement à la France de décontaminer les sites des essais nucléaires des années 1960 dans le sud du pays.  Le chef de service du génie de combat du Commandement des forces terrestres, le général Bouzid Boufrioua a appelé publiquement la France à procéder à « la décontamination des sites des essais nucléaires effectués dans le Sahara algérien » et  à « l’indemnisation des personnes souffrant de pathologies conséquentes à ces essais atomiques ».

A l’issue de la rencontre, les deux parties ont échangé des présents symboliques. Le général d’armée François Lecointre a, ensuite, signé le livre d’or de l’Etat-major de l’ANP, indique le communiqué, notant qu’à la fin de cette visite, la délégation française a déposé une gerbe de fleurs au mémorial des martyrs « Makam Echahid ».

Ont pris part à cette rencontre, « le secrétaire général du ministère de la Défense nationale par intérim, les commandants de Forces et de la Gendarmerie nationale, les chefs de Départements et les directeurs centraux du ministère de la Défense nationale et de l’Etat-major de l’ANP, ainsi que les membres de la délégation militaire française », fait aussi savoir le communiqué.

La visiteFrançois Lecointre quelques jours avant celle de Castex

La visite deFrançois Lecointre intervient quelques jours avant celle du Premier ministre français, Jean Castex, à Alger, pour coprésider un Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN), instance qui se réunit régulièrement pour faire le point notamment sur la coopération économique entre les deux pays, qui se s’est pas tenu depuis décembre 2017. D’abord, en raison du mouvement du Hirak puis en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19.

Cette visite est présentée comme étant une « nouvelle étape dans le rapprochement entre la France et l’Algérie, engagé par les présidents Emmanuel Macron et Abdelmadjid Tebboune ».

La visite de Jean Castex a également été retardée, à deux reprises, par l’hospitalisation de M. Tebboune en Allemagne.

Cette visite intervient également au moment où les deux pays ont lancé un travail de mémoire. Emmanuel Macron a annoncé une série d’« actes symboliques » afin de « réconcilier les mémoires » entre l’Algérie et la France.

Article précédentLa nuit du doute le 12 avril, le ramadhan annoncé le 13 avril par des associations
Article suivantMohamed Tadjadit et des co-accusés placés en détention provisoire

Laisser un commentaire