Rentrée universitaire : le tiers des étudiants rejoindra les universités et les cités U le 15 décembre

2
Les cours reprendront en universités en présentiel pour 12 semaines alors que le reste des programmes se fera à distance
Rentrée universitaire : le tiers des étudiants rejoindra les universités et les cités U le 15 décembre

La rentrée universitaire est fixée au 15 décembre 2020. Il s’agit, pour les universités et les instituts, d’achever le programme de l’année universitaire 2019/2020, suspendue au printemps dernier en raison de la pandémie de la Covid-19, et d’entamer la nouvelle année.

Abdelbaki Benziane, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a rencontré, ce mercredi 2 décembre 2020, des partenaires sociaux pour étudier toutes les modalités relatives à la rentrée universitaire et examiner le protocole sanitaire à mettre en place. Cette rentrée était initialement prévue le 22 novembre 2020 mais a été reportée en raison de l’augmentation du nombre de cas positifs de Covid 19 en Algérie. Le ministre a précisé que 95 % des établissements ont achevé le programme de l’année universitaire 2019/2020. Il a parlé de « démarche participative » qui implique aussi les enseignants et les étudiants. « Nous essayons de trouver des solutions à des difficultés que nous avons trouvées au cours de cette préparation. Une préparation que nous avons entamé en juillet 2020. Un protocole sanitaire sévère sera appliqué dans les résidences universitaires et dans les transports. En présentiel, les cours seront dispensés par groupes. Autrement dit, un tiers des étudiants sera présent dans les universités et dans les cités. », a annoncé Abdelbaki Benziane, lors d’un point de presse, à Alger. Il a précisé qu’un schéma hybride a été retenu pour l’enseignement qui se fera en présentiel et à distance. « Dans le présentiel, nous avons donné priorité aux unités fondamentales avec les deux tiers. Le tiers restant concerne les unités transversales et de découverte, c’est à dire là où il est possible de suivre les étudiants dans l’enseignement à distance. Les enseignants se sont mobilisés pour préparer des cours vidéos pour les étudiants. En parallèle, les établissements sont en train de se préparer à l’interactivité qui a fait défaut lors de la première phase (août-septembre 2020) »a indiqué le ministre.

« Le nombre d’étudiants sera de 25 dans chaque bus »

Selon lui, 90 % des cours ont été mis en ligne mais une difficulté a été trouvée dans l’interactivité entre l’étudiant et l’enseignant. « C’était une nouvelle expérience pour le secteur de l’enseignement supérieur d’assurer des cours à distance. Cela est valable pour certains pays aussi. C’était un défi pour nous », a-t-il appuyé. Une concertation est menée, selon lui, avec le ministère des Transports pour trouver une solution à la question du déplacement des étudiants, notamment pour ce qui de la reprise du mouvement des trains et des avions. « Le nombre d’étudiants sera de 25 dans chaque bus. Et des normes strictes seront appliquées dans les cités et chambres universitaires », a noté Abdelbaki BenzianeLe nombre d’étudiants en Algérie est de 1.650.000 dont 280.000 nouveaux bacheliers.

Un statut pour les détenteurs de doctorats

Interrogé sur les diplômés universitaires chômeurs, il a précisé que le secteur de l’enseignement supérieur ouvre chaque année des postes d’emploi. « Le problème n’est pas dans les postes mais dans les besoins des différentes spécialités. Le recrutement se fait selon ces besoins qui sont exprimés par les institutions universitaires. Les nouveaux détenteurs de doctorats sont plus nombreux que les postes disponibles chaque année. Nous travaillons sur un statut pour les détenteurs de doctorats. Nous voulons que les secteurs économiques, la fonction publique et le secteur du travail et de l’emploi y contribuent », a-t-il dit. Mardi 1 décembre 2020, une commission conjointe entre le secteur de l’Enseignement supérieur et la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC) a été installée. L’objectif, selon Abdelbaki Benziane, est de rapprocher l’université des entreprises et de s’ouvrir sur le secteur économique. « La commission conjointe s’attellera à la recherche des mécanismes adéquats et des procédés opérationnels qui permettent aux étudiants inscrits en doctorat de préparer leurs thèses au sein de l’entreprise et aura à formuler des propositions et des recommandations dans ce sens », a précisé le ministre, cité par l’APS. Pour Sami Agli, président de la CAPC, la nouvelle commission reflète le nouveau modèle économique,  « nécessaire pour construire l’avenir de l’économie algérienne ».

2 Commentaires

Laisser un commentaire