Le pétrole frôle à nouveau les 70 dollars

0
Les cours du pétrole commençaient la semaine du bon pied ce 15 mars. Le Brent, a de nouveau, repassé temporairement le seuil de 70 dollars le baril

Les cours du pétrole commençaient la semaine du bon pied ce 15 mars. Le Brent, a de nouveau, repassé temporairement le seuil de 70 dollars le baril, rassérénés par de bons chiffres de l’économie chinoise et les perspectives prometteuses de la demande d’or noir.

Ce matin, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 69,50 dollars à Londres, en hausse de 0,40% par rapport à la clôture de vendredi.

Le Brent a passé plus tôt dans la journée la barre des 70 dollars le baril, qu’il avait déjà franchi brièvement lundi dernier, un première alors depuis le 8 janvier 2020. A New York, le baril américain de WTI pour avril avançait de 0,40%, à 65,87 dollars.

« Une économie chinoise plus solide encourage l’optimisme des investisseurs sur les marchés du pétrole brut », a commenté Neil Wilson, analyste des marchés.

La production industrielle et les ventes de détail ont en effet affiché des hausses record en Chine sur un an lors des deux premiers mois de l’année, selon les chiffres publiés lundi par le Bureau national des statistiques. La production industrielle du géant asiatique a progressé de 35,1% sur les deux premiers mois de l’année comparé à janvier/février 2020, tandis que les ventes de détail, principal indicateur de la consommation, ont augmenté de 33,8%.

Ces hausses sont les plus fortes depuis des décennies pour la deuxième économie mondiale. « La confiance dans la reprise de la demande mondiale de pétrole est de plus en plus grande », a indiqué de son côté l’analyste, Bjarne Schieldrop.

En fin de semaine dernière, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avait dans son rapport mensuel révisé à la hausse ses prévisions de rebond de la demande mondiale d’or noir cette année: celui-ci est désormais attendu à quelque 5,9 millions de barils (mbj) par jour pour atteindre 96,3 mbj.

Article précédentFermeture des usines automobiles : 51.000 postes d’emploi perdus en 2020
Article suivantCoronavirus: l’Italie se reconfine, inquiétudes en Allemagne et en France

Laisser un commentaire