Mesures anti-Covid-19: Benbouzid prévient contre « le relâchement » dans l’espace public

1
Mesures anti-Covid-19: Benbouzid prévient contre
Mesures anti-Covid-19: Benbouzid prévient contre "le relâchement" dans l'espace public
Google Actualites 24H Algerie

La pandémie de la Covid-19 est toujours là. Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid insiste sur le respect de mesures de protection et prévient contre le relâchement.

« Nous le disons et répétons : les mesures de prévention contre la pandémie de Covid 19 doivent être respectées. Le virus continue de se transmettre d’une personne à une autre et a muté. Il y a de nouveaux variants que nous ignorons encore. Les choses évoluent chaque jour, parfois avec dangerosité », a déclaré, ce mercredi 24 février à Alger, le ministre de la Santé, lors d’une cérémonie de réception d’un don d’équipements médicaux fourni par l’Association des Oulémas Algériens.

Ces dernières semaines, il a été clairement constaté le non port du masque dans les transports publics, comme les trains et les bus, ainsi que dans les magasins et lieux de travail dans plusieurs régions du pays.

Il a cité les variants sud-africain et brésilien du virus et a rappelé la nécessité de respecter les mesures de prévention contre la Covid 19 : le port du masque, le lavage fréquent des mains et la distanciation physique. « C’est la base. Nous devons le rappeler parce que nous avons constaté un relâchement dans la rue quant au respect de ces mesures », a-t-il noté. Il a expliqué ce comportement par la baisse du nombre des cas positifs de la Covid 19 en Algérie.

Arrivée de nouveaux lots de vaccin

Abderrahmane Benbouzid a annoncé, par ailleurs, l’arrivée « de grosses quantités » de vaccins, ce 24 février et avant la fin du mois. Il n’a pas précisé l’origine.

« Nous avons un plan de livraison pour mars et avril. Nous avons prévu de vacciner 70 % des citoyens de plus de 18 ans. Cela est appliqué partout dans le monde. L’OMS a déclaré qu’on pouvait se contenter de la vaccination de 50 % de la population, nous avons préféré vacciner plus en Algérie pour freiner la propagation du virus », a-t-il précisé. Le programme de vaccination est, selon lui, étalé durant toute l’année 2021.

« Nous appliquons les instructions de l’OMS et selon les expériences des autres pays. Au début, nous avions peur que les lots de deux fois 50.000 doses ne suffisent pas. Il n’y a pas eu de pression dans les hôpitaux et la population a fait montre de calme. La situation est gérée d’une manière organisée », a-t-il noté.

Article précédentWashington entend de reprendre sa place au Conseil des droits de l’homme l’ONU
Article suivantL’examen du pourvoi en cassation de Khaled Drareni renvoyé au 25 mars

1 commentaire

Laisser un commentaire