Du ciment blanc dans une cargaison de lait en poudre au port d’Oran

0
Du ciment blanc dans une cargaison de lait en poudre au port d'Oran
Du ciment blanc dans une cargaison de lait en poudre au port d'Oran

Des sacs de ciment blanc ont été trouvés dans une cargaison de lait en poudre importée.


L’Office national interprofessionnel de lait et de produit laitiers (ONIL) a confirmé, ce jeudi 1 juillet 2021, la découverte de sacs de ciment blanc dans une cargaison de lait en poudre importée d’Argentine.


Cette cargaison était destinée aux laiteries publiques et privées pour produire du lait pasteurisé.


« Ce fournisseur travaille avec l’Office depuis 2016. Le 24 juin 2021 à 11 h, à la faveur d’une opération de contrôle technique habituel des chargements de poudre lait importés, au niveau port d’Oran, menée par des équipes d’inspection (des douanes), et en présence des représentants de l’Office, et à l’ouverture du container numéro 561/335/6, il a été découvert des sacs, autres que ceux de la marchandise importée », a déclaré Khaled Soualmia, directeur de l’ONIL, lors d’une rencontre avec la presse.

« Sac de ciment blanc… pas de poudre de lait mélangée »


Et de poursuivre : »Il s’agit de sacs de ciment (blanc) avec une écriture en espagnol, pas de poudre de lait mélangée à du ciment. Pour les dix neuf autres containers, le chargement était de la poudre de lait. Toutes les procédures nécessaires ont été engagées par les services qui ont pris part à l’opération de contrôle. L’Office a informé les parties concernées et nous nous sommes assurés du non transfert  de la devise vers le fournisseur ».


Le fournisseur, dont le nom n’a pas été révélé, a été saisi par une correspondance de l’ONIL pour lui demander des explications.

Toute la cargaison de ait en poudre refusée

Une deuxième opération de contrôle a été effectuée le 27 juin 2021 pour s’assurer qu’il n’y avait pas d’autres sacs de ciment dans les autres containers.


Selon Khaled Soualmia, un certificat a été émis par les services vétérinaires pour refuser toute la cargaison de lait en poudre, conformément aux lois relatives à l’importation des produits d’origine animale.


« Nous sommes en contact avec le fournisseur et nous attendons le résultat de l’enquête pour prendre des décisions. N’avons pas eu de problème avec ce fournisseur qui, lui-même, fera une enquête. Sa propre réputation est en jeu », « , a-t-il dit.


Il a précisé qu’un contrôle continu est fait sur la poudre de lait au niveau des ports de débarquement avant la distribution sur les unités de production. « Un contrôle est fait également au sein même des entrepôts des unités », a-t-il dit.


Pas de perturbation sur le marché


D’après lui, il n’y aura pas de perturbation sur le marché après le retrait des 500 tonnes de poudre de lait importée d’Argentine.


Khaled Soualmia a rappelé que l’ONIL assure l’approvisionnement du lait en poudre des unités de production et le développement de la filière lait en Algérie.

LIRE AUSSI: Importation des véhicules neufs : les premiers agréments « bientôt » délivrés

Article précédentFethi Gherras, coordinateur national du MDS, placé sous mandat de dépôt
Article suivantMohamed Tahar Messaoudi, nouveau PDG d’El Watan

Laisser un commentaire