Tour du monde en 10 merveilles de l’architecture islamique

1
Mosaïques fines, sculptures et gravures complexes, dorures magistrales, moucharabieh et vitraux finement ciselés... L'architecture islamique plonge ses amateurs dans un univers unique
Alhambra de Grenade

Mosaïques fines, sculptures et gravures complexes, dorures magistrales, moucharabieh et vitraux finement ciselés… L’architecture islamique plonge ses amateurs dans un univers unique, reflet du génie créatif et de la richesse culturelle du monde musulman. Découvrez 10 merveilles de l’architecture islamique témoins d’un patrimoine exceptionnel qui s’étend du Maroc à la Chine, en passant par le Mali, la Turquie et l’Iran.

La mosquée Nasir-ol-Molk en Iran

Appelée aussi la mosquée rose, ce petit bijou est situé dans la ville de Shiraz en Iran. Cette mosquée est un véritable joyau d’architecture, érigé sur l’ordre de Mirza Hasan Ali Nasir al Molk, l’un des seigneurs de la dynastie Kadjar, de 1876 à 1888, sur un site difficile d’accès.

Capitale de la Perse au 18e siècle avant d’être déplacée à Teheran, Shiraz est l’épicentre des arts et de la culture en Iran. Composée de voûtes et de niches de Muqarnas extrêmement complexes, celle que l’on surnomme la « mosquée rose » s’apprécie d’autant plus le matin, pour admirer les reflets des vitraux aux mille couleurs qui se dévoilent sur les tapis persans. Un spectacle onirique reflet d’une civilisation riche.

La Mosquée bleue en Turquie

Également appelée la mosquée du sultan Ahmed Ier ou Sultanahmet Camii, c’est la plus célèbre mosquée de la ville d’ Istanbul. Aussi imposante de l’intérieur que de l’extérieur, elle tient son nom du fait qu’elle comporte environ 20.000 carreaux de faïence bleue d’Iznik.

Édifiée entre 1609 et 1616 sous le règne de sultan Ahmet Ier, pour rivaliser avec La basilique Sainte-Sophie (Hagia Sophia) qui se trouvait à l’autre extrémité de la place Sultanahmet, la Mosquée Bleue fut alors le point départ majeur des pèlerins à destination de la Mecque. Elle comporte également la tombe de son fondateur, une médersa et un hospice.

Mosquée Bleue à Istanbul en Turquie

C’est la seconde Mosquée au monde à posséder six minarets, après celle de la Mecque, ce qui obligea la construction d’un septième minaret à la Mosquée de la Mecque, afin qu’elle puisse demeurer la mosquée ayant le plus de minarets au monde. Ce trésors de l’architecture islamique est l’aboutissement de deux siècles de développement architectural de mosquées ottomanes et d’églises byzantines qui dénote de l’extraordinaire symbiose des civilisations qui a fait d’Istanbul une ville mondiale.

L’Alhambra en Espagne

L’Alhambra de Grenade en Andalousie, constitue l’un des monuments majeurs de l’architecture islamique et l’un des chefs d’oeuvre de l’art andalou. Il s’agit d’un complexe de palais et de forteresses (Alcázar) où logeaient les monarques et la cour nasride de Grenade. Divisée de quatre parties, l’Alcazaba, les palais nasrides, le Généralife et ses jardins, l’Alhambra fait partie des monuments les plus visités du monde.

Le principale élément du site est sans nul doute la célèbre cour des Lions (en espagnol Patio de los Leones). Son nom provient de la fontaine au douze lions-jets d’eau, qui se trouve au milieu du patio. Par ses différentes sculptures, gravures et peinture, Al-Ḥamra (la rouge, en arabe) est l’un des plus beaux joyaux de l’art islamique.

Grande Mosquée de Kairouan en Tunisie

Également appelée mosquée Oqba Ibn Nafi, la grande Mosquée de Kairouan est l’une des principales mosquées de Tunisie. Construite en 650, à Kairouan, première métropole musulmane du Maghreb, cette mosquée est la plus ancienne et la plus prestigieuse de l’Occident musulman.

Grande mosquée de Kairouan, Tunisia

Classée au patrimoine mondial de l’Unesco en 1988, elle est considérée comme l’ancêtre de toutes les mosquées du Maghreb

La Grande Mosquée de Djenné au Mali

Cette mosquée en adobe (brique de terre crue séchée au soleil), est probablement le monument le plus prestigieux d’Afrique de l’Ouest et le plus grands édifice en adobe au monde. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1988, elle fut détruite et reconstruite plusieurs fois à travers l’histoire.

Le premier édifice construit en 1238 était initialement un palais démoli par Koi Kunboro, le chef de la ville de l’époque pour y créer une immense mosquée de plus de 20 mètres de haut. La grande mosquée actuelle a été reconstruite en 1909. Des experts en architecture islamique pensent que ses constructions coniques furent intégrées dans les mosquées de tout le Mali, et considèrent que la Grande mosquée de Djenné en est l’exemple le plus révélateur.

Mosquée de Djenné au Mali

Cette mosquée en adobe (brique de terre crue séchée au soleil), est probablement le monument le plus prestigieux d’Afrique de l’Ouest et le plus grands édifice en adobe au monde. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1988, elle fut détruite et reconstruite plusieurs fois à travers l’histoire.

Le premier édifice construit en 1238 était initialement un palais démoli par Koi Kunboro, le chef de la ville de l’époque pour y créer une immense mosquée de plus de 20 mètres de haut. La grande mosquée actuelle a été reconstruite en 1909. Des experts en architecture islamique pensent que ses constructions coniques furent intégrées dans les mosquées de tout le Mali, et considèrent que la Grande mosquée de Djenné en est l’exemple le plus révélateur.

La médersa Mir-i Arab en Ouzbékistan

Toujours en activité, cette médersa située face à la mosquée Kalon de Boukhara en Ouzbékistan, est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, depuis 1993. Construite au début du 16e siècle par le cheikh Abdoullah Yamani, un chef religieux soufi d’origine yéménite et guide spirituel de l’émir de Boukhara, Ubaydullah Khan, qui finança les travaux par la vente de 3.000 prisonniers perses, Mir-i Arab fût l’une des plus prestigieuses Médersas d’Asie centrale.

La médersa Mir-i Arab en Ouzbékistan

C’est là qu’enseigna l’un des plus fameux maîtres tadjiks en philosophie islamique, Ahmad Donich Boukhari (1827-1897). C’est l’un des rares centres spirituels islamiques à être alors ouvert en URSS. Ornée de bois ciselé, de mosaïques et de carreaux aux décors végétaux et floraux, d’arabesques épigraphiques et de motifs géométriques, ce monument chargé de détails est à contempler du sol au plafond.

La Grande Mosquée de Xi’an en Chine

La Grande Mosquée de Xi’an est un monument exceptionnel mélant architecture islamique et style typiquement chinois. C’est la seconde plus ancienne mosquée de Chine après celle de Guangzhou. Construite au 7e siècle dans le quartier musulman au centre ville de Xian sous l’empire des Tang, elle couvre une superficie de 13.000m².

La Grande Mosquée de Xi’an, Chine

Une grande partie de la mosquée actuelle a été construite au cours de la dynastie Ming et agrandie pendant la dynastie Qing. La mosquée ne dispose ni de dômes, ni de minarets.

La Grande Mosquée des Omeyyades à Damas en Syrie

La mosquée édifiée à l’emplacement d’une basilique dans la vieille ville romaine de Damas, a vu le jour au cours du VIIIe siècle (entre 706 et 715), sous le calife Omeyyade Al Walid Ier.

L’édifice est remarquable tant par ses décors de mosaïque que par ses proportions (157 mètres de long et 97 mètres de large). Du haut de ses 13 siècles d’existence, la grande mosquée des Omeyyades a changé de visage au fil du temps tout en restant très proche de ce qu’elle était au 8e siècle.

Le complexe Qolsharif à Kazan en Russie

Également appelée Qol Sherif ou Kol Sharif, cet édifice religieux de la ville de Kazan en Russie est à l’origine, une mosquée construite à l’intérieur de l’enceinte du kremlin de Kazan au 16e siècle. La mosquée porte le nom de Qolsarif, homme d’État et imam ayant exercé au khanat de Kazan, un État médiéval tatar qui occupait le territoire de l’ancienne Bulgarie entre 1438 et 1552. Qolsharif y meurt avec ses nombreux élèves, en défendant la ville de l’attaque russe qui a mené à la destruction de la mosquée en 1552. Il est supposé que le bâtiment était composée de minarets, sous forme de coupoles et de tentes de conception traditionnelle bulgare, bien que des éléments du début de la Renaissance et de l’architecture ottomane aient également pu être utilisés.

Le complexe Qolsharif à Kazan en Russie

En 1996, la nouvelle mosquée est reconstruite avec un aspect résolument moderne. Plusieurs pays ont contribué à la construction de la nouvelle mosquée Qolsharif, notamment l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Si aujourd’hui la mosquée sert principalement de musée de l’Islam, des milliers de personnes s’y rassemblent pour prier lors des grandes célébrations religieuses. L’édifice comprend également une bibliothèque, une maison d’édition et le bureau de l’imam.

Masjid Selat Melaka, Mosquée sur l’eau, en Malaisie

Située entre terre et mer sur une île artificielle appelée Pulau Melaka (Île de Melaka) en Malaisie, la mosquée Selat Melaka semble flotter à chaque marée haute, d’où son nom d’île flottante. Inaugurée en 2006 par le souverain de Malaisie, Yang di-Pertuan Agong, elle est à la croisée des chemins entre architecture moyen-orientale et artisanat malais.

Masjid Selat Melaka, Mosquée sur l’eau, en Malaisie

La construction de cette mosquée monumentale aurait coûté près de 3 millions de dollars. La caractéristique la plus marquante de la mosquée est son minaret de 30 mètres de haut qui fonctionne aussi comme un phare, ainsi que son dôme en or massif avec des garnitures bleues visibles de loin qui se trouvent au-dessus de sa principale salle de prière.

Article précédentPour son exposition inaugurale « Taswir Gallery » rendra hommage à Nasser Medjkane
Article suivantAlgérie Poste annonce la reprise du travail, des travailleurs poursuivent la grève

1 commentaire

Laisser un commentaire