Tebboune rassure sur son état de santé, dénonce les rumeurs « propagés de l’étranger »

0
Tebboune à propos de son état de santé:
Tebboune à propos de son état de santé: "j'ai pu m'en sortir avec difficulté grâce à la protection divine"
Google Actualites 24H Algerie

Le président Abdelmadjid Tebboune a rassuré, lors d’une rencontre avec la presse, sur son état de santé. Il a démenti avoir fait l’objet d’un attentat.  

« Je suis passé par une période très sensible. Le président de la République est aussi un être humain. La Covid ne fait pas de différence entre président, ministre ou citoyen. Dieu merci, j’ai pu m’en sortir avec difficulté grâce à la protection divine », a-t-il déclaré, lors d’une interview réalisée par un journaliste d’El-Khabar et de la Nouvelle République, diffusée par les chaînes de télévision publiques et privées dans la soirée du lundi 1 mars 2021.

Une déclaration faite presque un mois après son retour d’Allemagne où il a subi une opération chirurgicale sur son pied.

« A chaque fois nous renaissons de nos cendres comme le sphinx »

« Je ne le souhaite à personne, le fait d’être loin de la patrie et malade. Je recevais des vidéos. Les simples citoyens, qui n’avaient aucun intérêt à défendre, ont égorgé un mouton et ont rassemblé les gens pour faire des prières pour que je guérisse. Cela te déchirait le plus sachant que ce peuple avait besoin de toi », a-t-il confié.

Et d’ajouter: « Allah a une protection pour cette patrie. Ce pays est arrosé par le sang des martyrs depuis les anciens temps, à chaque fois nous renaissons de nos cendres comme le sphinx ». « J’ai vu certains qui prétendent s’exprimer au nom de la religion mais qui n’ont aucune morale. Ils ont prétendu que je n’étais pas malade, mais décédé et que j’ai été la cible d’un attentat. Ils ont dit qu’on cachait tout cela. Ils n’ont aucune crainte de Dieu en jetant le trouble parmi la population », a-t-il dénoncé.

« Le citoyen est perturbé par les rumeurs »

Selon lui, les rumeurs à son propos étaient propagées à 97 % de l’étranger. « Vous savez de qui il s’agit, surtout que maintenant ils se sont entendus entre eux. Nous avons des moyens de savoir où se trouvent les sites (qui propagent les rumeurs). 98 sites se trouvent chez nos voisins et font des sauts pour diffuser à partir de l’Espagne et de la France », a-t-il dit sans citer le Maroc.

« C’est vrai mon absence a duré presque quatre mois. Je n’avais pas le choix. Je n’ai pas changé. Je me suis engagé à être transparent avec le peuple. On dit ce qu’il y a. Pourquoi dois-je cacher des choses au peuple? Le citoyen vit sur ses nerfs, il est perturbé par les rumeurs », a souligné le chef de l’Etat.

Des ministres limogés à cause des « zones d’ombre »

Revenant sur le remaniement ministériel, décidé le 21 février 2021, le président Tebboune a reconnu n’avoir pas introduit un changement profond mais était obligé de remplacer certains ministres en raison des retards dans les projets destinés aux zones d’ombre et aux régions isolées. Il a cité l’exemple du ministre des Ressources en eau et de l’Energie. « Nous sommes en train d’appliquer une nouvelle politique d’industrialisation, mais nous n’avons pas vu ses signes concrètement », a-t-il dit à propos de l’éviction de Ferhat Ait Ali du ministère de l’Industrie.

« Par respect à la population, je n’ai pas voulu changer le gouvernement dans son ensemble. Nous sommes démocrates. Nous allons vers des élections législatives. Et la Constitution est claire, si une majorité se dégage parmi l’opposition, il lui appartiendra alors de proposer son gouvernement. Dans le cas où la majorité soutiendrait le programme du président de la République, à ce moment-là, un Premier ministre sera désigné pour coordonner », a-t-il expliqué.

« Il y a des jeunes au sein du gouvernement qui ont donné des résultats »

Il a annoncé que le prochain gouvernement sera désigné dans trois mois après les élections législatives. Il a donc préféré changer partiellement le gouvernement pour éviter « la déstabilisation ». Le chef de l’Etat a avoué avoir changé certains ministres en raison de leur comportement et leur manque de respect à la morale.

Tebboune dit avoir évité, lors du premier gouvernement, de faire appel à des compétences ayant été souillées. « Nous avons donc fait venir de nouveaux visages. Il y a des jeunes au sein du gouvernement qui ont donné des résultats. Nous avons choisi cinq ministres de l’intérieur du hirak, certains sont encore là, mais il y a manque d’expérience. Nous leur avons donné une chance pour s’entraîner », a-t-il confié

Article précédentLe confinement partiel de 22H à 05H reconduit dans 19 wilayas
Article suivantTebboune: « Il y a une contre-révolution avec de l’argent sale »

Laisser un commentaire