Une statue à l’effigie de Si Mohand Oulhadj inaugurée à Tizi

1
Une statue à l'effigie de Si Mohand Oulhadj inaugurée à Tizi
Une statue à l'effigie de Si Mohand Oulhadj inaugurée à Tizi

Une statue à l’effigie de Akli Mokrane, plus connu sous Si Mohand Oulhadj, le dernier chef de la Wilaya 3 historique, a été érigée et inaugurée ce dimanche 07 mars 2021 dans la commune de Bouzeguene, dans la wilaya de Tizi Ouzou, a annoncé le ministère des Moudjahidine et ayants droits.

La statue a été réalisée par Baziz Hammache. Elle a été inaugurée par le Secrétaire général du ministère, Laïd Rebika, à l’occasion du 110e anniversaire de la naissance du colonel de l’Armée de libération nationale, le 07 mars 1911.

Né à Bouzeguène, Si Mohand Oulhadj obtient son certificat d’études à Ain-El-Hammam en 1926 avant d’entrer dans la vie active. Après un séjour en France, il revient en Algérie dès 1936 pour rejoindre, jusqu’à 1943, la formation politique de Ferhat Abbas à Sétif. Il regagne Alger pour travailler comme contremaître puis regagne Bouzeguène quelques années plus tard.

En 1948, il s’installe à Ighil Bouammas, pour se consacrer au commerce. C’est en 1955 qu’il s’engage dans la guerre de Libération nationale, faisant don de ses biens. ll a été élevé au grade de commandant et adjoint politique du colonel Amirouche Ait Hamouda dès 1957. Une année plus tard, il a été victime d’une tentative d’assassinat de la part de l’armée de colonisation française. Alors chargé de l’intérim de la Wilaya III au poste de commandement, lors d’une mission du colonel Amirouche dans la wilaya II, il a été grièvement blessé par une batterie de radio émetteur piégée. Son explosion a provoqué le décès de 3 opérateurs.

Mohand Oulhadj, dernier chef de la Wilaya III historique

En mars 1959, il était de nouveau intérimaire, lors de la mission du colonel Amirouche en Tunisie, en compagnie de Si El Haouas, qui tombèrent dans une embuscade tendue par l’armée française à Djebel Thamer (Boussâada). Akli Mokrane a été confirmé à la tête de la wilaya III en octobre 1959.

A l’Indépendance, il exerça dans les rangs de l’Armée Nationale Populaire en qualité de commandant de la 7e région militaire de 1962 à 1964. Il était surtout membre du parti du Front des Forces Socialistes, parti créé par Hocine Ait Ahmed en septembre 1963. Il participa au déclenchement de la rébellion armée contre Ben Bella en Kabylie mais n’y resta pas longtemps.

Il est décédé le 2 décembre 1972 à l’âge de 61 ans. il a été enterré, à sa demande, aux côtés des siens dans son village natal Bouzeguène, en Kabylie.

Article précédentDes bustes en bronze de Larbi Ben M’hidi, Maurice Audin et Krim Belkacem à Alger
Article suivantMort de George Floyd: un procès hors-norme s’ouvre lundi aux Etats-Unis

1 commentaire

Laisser un commentaire