Covid-19 : Johnson & Johnson dépose une demande d’autorisation de son vaccin dans l’UE

1
Johnson & Johnson dépose une demande d'autorisation de son vaccin dans l'UE

Johnson & Johnson, le géant pharmaceutique américain a déposé une demande d’autorisation de son vaccin contre la Covid-19 dans l’Union européenne, a annoncé mardi l’Agence européenne des médicaments (EMA), précisant qu’une décision était attendue pour mars. Ce vaccin à injection unique et ne requérant pas de très basses températures pour sa conservation serait le quatrième à être approuvé dans l’UE s’il recevait le feu vert de l’EMA, dont le siège est à Amsterdam.

Cette agence, qui se trouve sous la pression des capitales européennes confrontées à des retards dans les livraisons de vaccins, a déclaré qu’elle avait « reçu une demande d’autorisation de mise sur le marché pour un vaccin contre le Covid-19 conçu par Janssen-Cilag International N.V. », la filiale européenne de Johnson & Johnson.

Johnson & Johnson, un vaccin attendu en Europe

Les experts européens « pourraient émettre une opinion à la mi-mars 2021, à condition que les données de la compagnie sur l’efficacité, la sûreté et la qualité du vaccin soient suffisamment complètes et convaincantes », a-t-elle ajouté. Le vaccin de Johnson & Johnson a été soumis à une évaluation continue par l’EMA depuis le 1er décembre.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a salué le dépôt de cette demande, soulignant que l’UE « sera prête à donner son autorisation dès que l’EMA aura fourni une opinion scientifique positive ». « Davantage de vaccins sûrs et efficaces arrivent », s’est-elle réjouie. Les trois vaccins autorisés à ce jour sur le marché européen sont ceux d’AstraZeneca, de Pfizer/BioNTech et de Moderna.

La Commission européenne a commandé 200 millions de doses du vaccin de Johnson & Johnson, avec une option pour 200 millions de plus. Cent millions de doses doivent être livrées d’ici à juin si le vaccin est autorisé.

Deux autres vaccins, ceux des sociétés allemande CureVac et américaine Novavax sont actuellement évalués par l’EMA, tandis que la Hongrie a unilatéralement décidé d’utiliser les vaccins chinois Sinopharm et russe Spoutnik V.

Article précédentAffaire Sonatrach 1: report du procès à la prochaine session criminelle
Article suivantJournée du Chahid: la question mémorielle marque la commémoration

1 commentaire

Laisser un commentaire