Des jeunes africains à Macron : « Arrêtez votre discours paternaliste ! »

0
Des jeunes africains à Macron :
Google Actualites 24H Algerie

Le président français Emmanuel Macron a rencontré des jeunes africains à Montpellier, au sud de la France, qui lui ont demandé de rompre avec « les pratiques opaque » de la « Françafrique ».


Lors d’un sommet Afrique-France sans chefs d’Etat, organisé à Montpellier, Emmanuel Macron a eu un débat avec de jeunes participants, ce vendredi 8 octobre 2021. Seuls des organisations de la société civile, des entrepreneurs et des jeunes ont été conviés à ce sommet « nouvelle forme ».


« Arrêtez votre discours paternaliste ! Nous n’avons pas besoin d’aide, nous avons besoin de coopération », a lancé , Adam Dicko, activiste malienne.
La kényane Adelle Onyango, a demandé à Macron de s’engager à mettre « fin à la Françafrique et ses pratiques opaques ». Elle a pointé les contradictions d’une France « arrogante », « enlisée dans des questions de racisme » et qui donne « des leçons de démocratie » à l’Afrique.


Elle a critiqué « les pratiques malsaines et la corruption » des entreprises françaises en Afrique et a dénoncé l’absence de condamnation en France pour ces faits.


En finir avec le franc CFA

Arthur Banga, historien et politologue de Côte d’Ivoire, a, pour sa part, exigé que la France fasse son travail de mémoire sur l’esclavage et la colonisation et restitue les oeuvres culturelles pillées d’Afrique. « Cette reconnaissance permet de créer une relation plus apaisée et plus constructive entre nos peuples et nos jeunesses », a-t-il dit.


 Il a appelé Paris à changer son langage lorsqu’il s’adresse à l’Afrique. « On ne parlera plus d’aide au développement, mais de partenariat et d’autoconstruction », a-t-il souligné appelant à en finir avec le franc CFA, monnaie commune héritée de l’époque coloniale française.
« L’Afrique a sa propre monnaie qu’elle gère en liberté », a-t-il insisté.
Arthure Banga a appelé aussi à la fermeture des bases militaires françaises en Afrique et à l’arrêt des « interventions militaires » décidées « par les humeurs françaises pour soutenir des régimes amis ».


Macron invité à récurer « la marmite sale »

Eldaa Koama, fondatrice de la plateforme collaborative Yocowork du Burkina Faso, a attaqué, pour sa part, le vocabulaire dévalorisant utilisé par la France lorsqu’elle s’adresse à l’Afrique. Elle a cité l’expression « l’aide au développement ». « Ce type d’aide rend esclave, empêche les populations de s’en sortir par elles-mêmes, leurs propres capacités. Elles peuvent le faire », a-t-elle dit appelant à rompre avec l’habitude de « sauvons l’Afrique ! ».


Et d’ajouter à l’adresse de Macron : « on veut des partenariats clairs et transparents où nous pouvons aussi parler. Nous avons notre mot à dire(…). Si la relation entre les pays d’Afrique et la France avec l’Afrique était une marmite, et bien, elle serait sale. Je vous invite à la récurer par des actions concrètes ».
Cheikh Fal, blogueur et journaliste du Sénégal, a été franc et direct : « les gens nous insultent, nous traitent de moutons parce qe avons accepté votre invitation à ce sommet ».


Selon lui, le passé de la France est lourd en Afrique. « Je vous demande de prendre des engagements forts ici et maintenant, d’accepter de demander pardon au continent africain, de cesser de collaborer avec des dictateurs en Afrique, d’arrêter la coopération paternaliste et programmer un retrait professif et définitif de vos bases militaires en Afrique », a ajouté Cheikh Fal.


Macron refuse le pardon pour les crimes coloniaux en Afrique

Emmanuel Macron a refusé le pardon pour les crimes de la colonisation française en Afrique comme cela lui a été demandé. « C’est trop facile. Il m’est arrivé de demander pardon, je l’ai fait, il n’y a pas si longtemps, ça été une des rares fois, cela a été pour la question de harkis en France parce qu’il y a une série de responsabilités particulières (de l’Etat français) », a-t-il dit.


Et de poursuivre : « le pardon, cela voudrait dire que je veux me délier et je ne crois pas à une politique de pardon dans le lien qu’il y a entre la France et l’Afrique. Je crois à une politique de reconnaissance, d’abord et avant tout. Oui, la France a une responsabilité immense. La France a organisé le commerce triangulaire ( traite des Noirs ) et la colonisation. Elle n’est pas la seule. Il faut le reconnaître ».


Reconnaître signifie, selon lui, nommer tout ce que les historiens ont documenté alors que demander pardon serait une manière de « se débarasser de l’Histoire ».


« Il n’y pas de politique du pardon, il y a une politique de reconnaissance et il y a une politique de la promesse. Il faut assumer le passé et ses blessures. Cela passe par un discours de reconnaissance, de considération et de capacité à aller au-delà », a ajouté le chef d’Etat français, candidat à l’élection présidentielle de 2022.


Macron a, selon l’AFP, annoncé que la France redonnerait, fin octobre 2021, au Bénin 26 œuvres d’art provenant du Trésor de Béhanzin, pillé au palais d’Abomey en 1892 pendant la période coloniale. 

Article précédentCoronavirus en Algérie: 112 nouvelles contaminations et 3 décès
Article suivantSans haine pour la France, sans amnésie pour l’histoire

Laisser un commentaire