ONU: nomination d’un nouvel émissaire pour la Libye

0
ONU: nomination d'un nouvel émissaire pour la Libye
ONU: nomination d'un nouvel émissaire pour la Libye

Le Conseil de sécurité a donné vendredi son feu vert à la nomination du représentant de l’ONU au Liban, le Slovaque Jan Kubis, comme nouvel émissaire pour la Libye, ont indiqué des diplomates.

Dans le pays voisin, objet d’un cessez-le-feu fragile depuis octobre 2020, Jan Kubis doit faire face à de multiples défis. Son prédécesseur, Ghassan Salamé, qui a démissionné en mars 2020 pou des raisons de santé, officiellement, ne cessait de dénoncer les acteurs impliqués en Libye qui n’ont « aucune intention de parvenir à la paix », la duplicité de ceux qui « disent une chose et font le contraire ». Il a dénoncé également, certains responsables de l’ONU qui ont leur propre agenda, qui parfois, va à l’encontre de la mission de l’envoyé spécial.

Après sa démission, l’Union Africaine a longtemps réclamé que le poste revienne à un Africain. En vain. Coup sur coup, un ex-chef de la diplomatie algérienne et une ancienne ministre du Ghana ont été écartés par les Etats-Unis.

Washington a ensuite imposé à ses partenaires une scission du poste en deux, avec un coordonnateur de la petite mission de l’ONU basé à Tripoli et un émissaire chargé des négociations politiques installé à Genève. La fonction de coordonnateur a été attribuée à un Zimbabwéen, sorte de lot de consolation pour l’Afrique, et le Conseil de sécurité s’était péniblement mis d’accord fin 2020 pour que le nouvel émissaire soit le Bulgare Nickolay Mladenov, jusque-là émissaire au Proche-Orient.

A peine choisi, ce dernier avait cependant annoncé fin décembre à la surprise générale son renoncement pour raisons familiales et de santé, une décision qui a laissé perplexes nombre de diplomates.

Agé de 68 ans, Jan Kubis était depuis janvier 2019 Coordonnateur spécial pour le Liban. Au cours de sa carrière, il a dirigé la mission de l’ONU en Irak de 2015 à 2018 et celle en Afghanistan de 2011 à 2015 après avoir été notamment chef de la diplomatie de son pays de 2006 à 2009 et secrétaire général de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) de 1999 à 2005.

Né le 12 novembre 1952, Jan Kubis parle slovaque, tchèque, anglais, russe et un français élémentaire.

Au Liban, il s’est rapidement démarqué par un ton franc et direct et ses critiques, souvent virulentes, à l’égard des dirigeants libanais.

Proposé au Conseil par le chef de l’ONU, Antonio Guterres, il aura dans ses nouvelles fonctions à soutenir un cessez-le-feu fragile et confirmer le retrait des troupes étrangères et des mercenaires d’un pays où les ingérences sont multiples.

Article précédentSecousse tellurique de magnitude 3,5 à Oran
Article suivantLes Vert affrontent ce soir l’Islande au Mondial de Handball 2021: l’épreuve de vérité

Laisser un commentaire