L’Italie bloque l’exportation des vaccins anti Covid et défend sa décision

0
L'Agence européenne des médicaments (EMA) reste
Formation en marketing digital - Mojo CreaLab

L’Italie bloque l’exportation vers l’Australie de doses du vaccin anti-covid d’AstraZeneca produites sur le sol européen, première application d’un mécanisme de contrôle mis en place par Bruxelles, a annoncé, jeudi 4 mars, le gouvernement italien.

Rome bloque l’exportation du vaccin britannique et fait part de sa décision le 26 février à la Commission européenne, qui n’a émis aucune objection. Le ministère des Affaires étrangères a précisé dans un communiqué que ce refus d’exportation portait sur 250 700 doses du laboratoire suédo-britannique.

L’Italie a défendu ce 05 mars le blocage de l’envoi de vaccins AstraZeneca vers l’Australie, assurant que cela se poursuivrait tant que les entreprises pharmaceutiques seraient en retard dans leurs livraisons.

« On bloque l’exportation tant que les livraisons sont en retard »

L’Italie l’a justifié par « la pénurie persistante de vaccins et les retards d’approvisionnement de la part d’AstraZeneca » dans l’UE et en Italie, la « quantité importante » de doses concernées et le fait que l’Australie est considérée comme un pays « non vulnérable » par le mécanisme de l’UE.

« Tant qu’il y aura ces retards, il est juste que les pays européens bloquent les exportations (de vaccins, ndlr) vers les pays qui ne sont pas vulnérables », a déclaré le chef de la diplomatie italienne Luigi Di Maio à l’issue d’un entretien avec son homologue français Jean-Yves Le Drian.

Selon M. Di Maio, ce sont « les retards inacceptables » des entreprises pharmaceutiques dans leurs livraisons ainsi que la diffusion dans toute l’Europe du variant anglais qui ont entraîné la décision italienne de bloquer l’exportation d’environ 250.000 doses de vaccins AstraZeneca vers l’Australie. « Ce n’est pas un acte hostile envers l’Australie », a insisté le chef de la diplomatie italienne, insistant sur « sa solidarité maximum envers les pays en difficulté, en voie de développement« .

Bruxelles a également défendu vendredi la position italienne, rappelant que cette interdiction était exceptionnelle et que l’UE restait malgré tout « un grand exportateur ». « Il n’y a pas eu d’autre rejet dans le cadre du mécanisme de contrôle des exportations (…) On reste un grand exportateur de vaccins », a souligné une porte-parole de l’exécutif européen.

Dans un entretien vendredi avec le ministre australien du Commerce Dan Tehan, le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, a insisté sur « les insuffisances systématiques » des livraisons d’AstraZeneca aux Vingt-Sept. Le groupe suédo-britannique a annoncé ne pouvoir livrer au premier trimestre aux Européens qu’un tiers des 120 millions de doses initialement promises.

Article précédentHirak: manifestations dans plusieurs villes du pays
Article suivantCoronavirus: 187 nouveaux testés positifs et 5 décès en Algérie

Laisser un commentaire