Incendies de forêts : Djerad n’écarte pas l’hypothèse d’un acte criminel

0
Incendies de forêts : Djerad n'écarte pas l'hypothèse d'un acte criminel
Incendies de forêts : Djerad n'écarte pas l'hypothèse d'un acte criminel

Le Premier ministre Abdelaziz Djerad n’a pas écarté, ce samedi 7 novembre 2020, l’hypothèse d’un acte criminel à propos des incendies de forêts et de maquis enregistrés dans une quinzaine de wilayas le vendredi 6 novembre.

« Il n’y aura aucune tolérance vis-à-vis des ennemis de la vie et des détracteurs du pays, si jamais les enquêtes révèlent que les feux de forêts déclenchés à travers plusieurs régions du pays lors des dernières 24 heures sont des actes prémédités », a écrit Abdelaziz Djerad sur sa page officielle sur Facebook.

« Ensemble, la main dans la main, nous récupérerons les forêts. Aucune tolérance vis-à-vis des ennemis de la vie. Les forêts sont un capital économique et environnemental pour tous les Algériens que nous ne sommes pas prêts à céder. Nous ferons face aux feux de forêts d’origine naturelle par les campagnes de reboisement et chaque arbre perdu sera remplacé», a-t-il ajouté.

Abdelaziz Djerad s’est déplacé à Gouraya, dans la wilaya de Tipaza, où deux hommes d’une trentaine d’années ont trouvé la mort en tentant de sauver leurs volailles à Douar Oued M’haba. «J’ai décidé de faire moi même le constat de la situation à Tipaza. Des enquêtes minutieuses seront ouvertes par les services de sécurité pour déterminer les circonstances de ces incendies. La loi sera appliquée dans toute sa rigueur », a-t-il annoncé.

Il a promis d’informer l’opinion publique sur tous les détails de l’enquête. Selon l’APS, le Premier ministre s’est rendu aux domiciles des deux victimes pour présenter les condoléances du gouvernement aux membres des familles, et s’est engagé « à infliger les sanctions les plus sévères aux criminels, s’il s’avère que ces feux sont des actes criminels visant à porter atteinte au pays, à la nation, aux familles et aux citoyens ».

«Je jure devant Dieu qu’ils seront punis. L’État est débout et le gouvernement est omniprésent. Ils assumeront toutes leurs responsabilités pour faire face à ces crimes », a-t-il rassuré. Il a annoncé qu’un bilan sera dressé sur tous les incendies enregistrés au niveau national, au nombre d’une quarantaine.

Indemnisation des agriculteurs

Le Premier ministre a, par ailleurs, annoncé que les agriculteurs et les éleveurs sinistrés seront indemnisés par l’État. Des dizaines d’agriculteurs, notamment à Tipaza, ont perdu totalement leurs récoltes et leurs arbres fruitiers, d’autres leurs ruches d’abeilles. Djerad a appelé les citoyens à se mobiliser dans des campagnes de sensibilisation pour « faire face à toute tentative de porter atteinte à leurs biens  et à ceux qui veulent semer la discorde dans le pays».

Selon lui, les incendies qui atteignent désormais le tissu urbain et les zones habitées relèvent « d’un phénomène nouveau et représentent un danger pour la vie des individus ». A Tipaza, où quatorze feux de forêt ont été enregistrés, les autorités ont évacué plusieurs villages et localités menacés par les flammes comme Oued Essebt, Saadoune, Nihaya, Izeghran et Imelhaine. Selon la Direction générale des forêts, plus de 500 hectares ont été ravagés par les feux à Tipaza.

Article précédent«RHIZOME», un nouvel espace culturel à Alger-Centre qui veut prendre racine
Article suivantDécès d’El Hadi Ouguergouz, dernier dactylographe du Congrès de la Soummam

Laisser un commentaire