L’hydrogène décarboné, une course qui passe par tous les continents

0
L'hydrogène décarboné, une course qui passe par tous les continents

Rivalisant dans les annonces de plans et d’investissements, États et industriels des quatre coins du monde, notamment européens, se lancent dans la course à l’hydrogène décarboné ou vert, les yeux tournés une fois encore vers la Chine. Vu comme le chaînon manquant pour réussir la transition écologique, ce gaz, encore produit à base de combustibles fossiles, contribuerait à décarboner l’industrie et les transports lourds et fournirait un moyen de stockage pour l’électricité renouvelable.

A condition d’être « verdi ». Encore coûteuse, cette perspective fait rêver notamment en Europe, qui a manqué le train des composants solaires et des batteries, quasi-monopolisé par la Chine. Objectif: maîtriser toute la chaîne ou au moins une partie. L’hydrogène « vert », obtenu par électrolyse de l’eau avec de l’électricité renouvelable, nécessite de développer aussi bien la demande que les applications ou les infrastructures de transport.

Plusieurs plans nationaux ont été annoncés à la faveur de la relance, mêlant coopération et stratégies parfois bien différentes, de l’hydrogène 100% vert à celui adossé au nucléaire voire au gaz. Les États-Unis ont sorti une nouvelle feuille de route. L’Allemagne compte d’ici 2030 investir 9 milliards d’euros, la France 7, le Portugal autant, le Royaume-Uni 12 milliards de livres, et le Japon et la Chine respectivement 3 et 16 milliards de dollars pour verdir leur production, selon le cabinet Accenture.

Au total, « 76 gigawatts de capacités de production sont en projet, dont 40 annoncées l’an dernier », et l’Australie concentre « la moitié des principaux projets (de la taille du mégawatt) », selon Gero Farruggio, du cabinet Rystad Energy.

Hydrogène décarboné, la domination asiatique ?

L’Asie du nord est positionnée: le Japon qui a de grands besoins et travaille à concevoir des bateaux pour convoyer l’hydrogène décarboné, la Corée du sud, et surtout la Chine. « Vu ses besoins, elle fait flèche de tout bois, dont l’hydrogène, notamment sur la mobilité », dit Nicolas Mazzucchi, de la Fondation pour la recherche stratégique.

La Chine développe un mode de production adossé à des réacteurs nucléaires, même si sa production actuelle vient du charbon. Il attire les acteurs du monde entier: fabricants de piles à combustibles pour véhicules (le canadien Ballard, le français Symbio), de stations de remplissage (Air Liquide). « Avec sa volonté de décarboner (son économie) et sa capacité à tirer les coûts vers le bas, la Chine peut-elle dominer l’approvisionnement en électrolyseurs, comme avec les modules solaires? Cela semble probable », juge Gero Farruggio.

En face, l’Europe fourbit ses armes. « Trois pays sortent du lot », relève Charlotte de Lorgeril, du cabinet Sia Partners, citant l’Allemagne, « en avance sur les transports », la France, « plus avancée sur la production », et les Pays-Bas, déjà forts d’infrastructures gazières. L’UE vise 12 à 14% d’hydrogène dans son bouquet énergétique en 2050 (contre 2% aujourd’hui) et encourage la coopération. Ce qui n’empêche pas le ministre allemand de l’Économie Peter Altmaier de viser la place de « premier fournisseur et producteur » mondial pour son pays. Nicolas Mazzucchi craint ainsi que l’UE paie son « manque de stratégie énergétique globale », au risque de faire de l’hydrogène « la marotte » du moment.

Du côté des industriels, les énergéticiens tentent de s’imposer, à coup d’acquisitions, notamment de start-ups, ou de consortiums. Comme Total et Engie, alliés pour développer le plus grand site en France de production d’hydrogène vert. « Ils sont dans une stratégie de concurrence avec les acteurs historiques de l’hydrogène, qui eux cherchent à devenir énergéticiens », note Mikaa Mered, enseignant à l’Institut libre des relations internationales et HEC.

Nouvelles routes de l’énergie?

Si cette euphorie se concrétise, l’hydrogène pourrait contribuer à bouleverser la carte mondiale de l’énergie. Déjà de nouvelles ententes et interdépendances se font jour. L’Allemagne s’est rapprochée du Maroc pour développer la production d’hydrogène issu du solaire.

Les projets Green Spider et Green Flamingo, prévoient des autoroutes maritimes de l’hydrogène et des gazoducs pour relier l’Espagne et le Portugal au nord de l’Europe. « C’est aussi la création de nouvelles chaînes logistiques, ce qui permettrait d’importer du désert chilien ou du Sahara, là où on aura beaucoup de solaire », selon Charlotte de Lorgeril. « Est-ce que cela va permettre une décentralisation des acteurs de l’énergie, qui remettrait en question les équilibres existants, ou aboutir à une nouvelle centralisation, avec des pays exportateurs d’hydrogène et des pays importateurs », comme pour le pétrole et le gaz aujourd’hui? C’est « l’enjeu de la décennie », avance prudemment Mikaa Mered.

Article précédentSamir Kacimi : « En Algérie, il faut  être fou ou stupide pour continuer à écrire »
Article suivantLa soeur de Kim Jong Un qualifie le président sud-coréen de « perroquet » des Américains

Laisser un commentaire