Haut Conseil de Sécurité : Tous les membres du MAK et de Rachad seront arrêtés

2
Haut Conseil de Sécurité : Tous les membres du MAK et de Rachad seront arrêtés
Haut Conseil de Sécurité : Tous les membres du MAK et de Rachad seront arrêtés

Le Haut Conseil de Sécurité (HCS), réuni ce mercredi 18 août, présidé par le président Abdelmadjid Tebboune, a accusé le MAK et Rachad d’avoir provoqué les incendies de forêts en Algérie.


« Après présentation par les services de sécurité du bilan des pertes humaines et matérielles engendrées par les feux qui ont ravagé certaines wilayas, notamment à Tizi-Ouzou et Béjaia, le président de la République a donné des instructions à tous les secteurs pour le suivi de l’évaluation des pertes et la prise en charge des sinistrés du fait des incendies où l’implication des deux mouvements terroristes MAK et Rachad a été établie, tout autant que leur implication dans l’assassinat du défunt Djamel Bensmail », est-il précisé dans un communiqué de la Présidence de la République, après la réunion extraordinaire du Le Haut Conseil de Sécurité .


Le jeune Djamel Bensmail a été, pour rappel, lynché à mort mercredi 11 août, à Larbaa Nath Iraten, à Tizi Ouzou, par une foule en furie après l’avoir soupçonné injustement d’avoir provoqué les feux de forêts dans la région.


Des suspects arrêtés par les services de sécurité dans l’affaire de cet assassinat ont déclaré leur appartenance au MAK durant des aveux filmés diffusés par l’ENTV et des chaînes privées. L’un d’eux a parlé de « moul el bernous », celui qui le burnous, en référence à Ferhat Mehenni, l’un des fondateurs du MAK, à Paris.

 
Plus de 200 incendies ont ravagé une vingtaine de wilayas depuis le 9 août provoquant la mort d’au moins 90 personnes.


 Acquisition de six avions anti incendies


« Le Haut conseil de sécurité a décidé, outre la prise en charge des blessés, d’intensifier les efforts des services de sécurité pour l’arrestation du reste des individus impliqués dans les deux crimes, ainsi que tous les membres des deux mouvements terroristes qui menacent la sécurité publique et l’unité nationale, jusqu’à leur éradication totale, notamment le MAK qui reçoit le soutien et l’aide de parties étrangères, en tête desquelles le Maroc et l’entité sioniste », est-il ajouté dans le communiqué du Le Haut Conseil de Sécurité .


A l’issue de la réunion,  le chef de l’Etat a, selon la même source, chargé l’ANP d’acquérir six avions, de différentes tailles, destinés à l’extinction des incendies.


Mardi, l’agence APS a annoncé que  les services concernés du ministère de la Défense nationale (MDN) ont entamé des négociations avec un constructeur russe pour l’acquisition de quatre avions amphibies bombardiers d’eau multi-mission  BERIEV-200 (BE-200).


Le BE-200 est un bimoteur d’une capacité de 13.000 litres et pouvant intervenir contre les incendies de forêts « dans des conditions météorologiques extrêmes et complexes ».


Tebboune a, à la fin de la réunion du Le Haut Conseil de Sécurité , mis l’accent sur la sacralité de l’unité nationale et a réitéré, à l’occasion, sa reconnaissance « pour l’élan de solidarité du peuple algérien et ses remerciements à tous les corps de sécurité, à la Protection civile, au secteur de la santé et aux citoyens bénévoles pour leurs efforts méritoires consentis pour circonscrire les incendies. »

Article précédentCan 2022: « nous devons être prêts et vigilants », selon Belmadi
Article suivantL’Algérie décide de réviser ses relations avec le Maroc

2 Commentaires

  1. Et l’enquête dans tout ça ? Est ce que les résultats de l’enquête ont été ficelés ? Alors qu’il est entendu dans un Etat de droit qu’un crime ne peut être certifié que par une enquête judiciaire, sous le paradigme sécuritaire, on doit se contenter de ce qu’en disent la police et les médias qui en dépendent – c’est-à-dire deux instances qui ont toujours été considérées comme peu fiables. D’où le vague incroyable et les contradictions patentes dans les reconstructions hâtives des événements, qui éludent sciemment toute possibilité de vérification et de falsification et qui ressemblent davantage à des commérages qu’à des enquêtes. Cela signifie que l’Etat de sécurité a intérêt à ce que les citoyens – dont il doit assurer la protection – restent dans l’incertitude sur ce qui les menace, car l’incertitude et la terreur vont de pair.
    Ferhat Abbas, à l’instar d’autres esprits lucides n’avait de cesse de pointer du doigt le danger de la « congolisation ». Des civils autant que des militaires à la retraite viennent régulièrement rappeler que le plan d’élaboration que s’est fixé l’indépendance et qui l’a rendue possible c’est la fondation du national. Une fondation d’abord menacée par le système des allégeances individuelles, de groupes ou tribales. Et ceux sont ces allégeances qui se mettent en scène aujourd’hui pour accélérer le processus de dislocation d’un pays qui n’en peut plus.

Laisser un commentaire