Guerre en Ukraine : Kiev appelle au dialogue après avoir constaté son »isolement »

2
Guerre en Ukraine : Kiev appelle au dialogue après avoir constaté son
Google Actualites 24H Algerie

La guerre en Ukraine se poursuit au moment où des appels au dialogue se lèvent pour mettre fin au conflit.
Le président français Emmanuel Macron, président en exercice de l’Union européenne (UE), a estimé, vendredi 25 février, qu’il est « utile » de laisser « le dialogue ouvert » avec la Russie pour arrêter l’offensive militaire en Ukraine.  


Macron dit avoir « demandé » au président russe Vladimir Poutine d’ouvrir « une discussion » avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.
« Tout en condamnant, tout en sanctionnant, tout en continuant à agir, de laisser ce chemin ouvert pour que le jour où les conditions pourront être remplies, nous puissions obtenir une cessation des hostilités », a déclaré le président français, lors d’un sommet extraordinaire de l’UE à Bruxelles.


« Les dirigeants russes devront faire face à un isolement »

Après avoir comparé jeudi 24 février l’offensive russe en Ukraine aux agissements de «l’Allemagne nazie» pendant la deuxième guerre mondiale (1939-1945) et demandé aux civils de prendre les armes, le président urkrainien a quelque peu assoupli sa position, 24 heures après. « J’appelle le président russe, encore une fois. Il y a des combats qui se déroulent partout en Ukraine, mettons nous autour d’une table et ouvrons les négociations pour arrêter la mort des gens », a-t-il dit.


Volodymyr Zelensky a reproché aux Occidentaux d’avoir laissé l’Ukraine « seule ». Pour lui, les « sanctions » économiques et financières prises contre la Russie par les Etats Unis et l’Union européennes n’auront pas d’effet dissuasif contre Moscou. « Les dirigeants russes devront faire face à un isolement sans précédent», a déclaré la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.


Nicolas Sarkozy : « l’OTAN, le G7, l’ONU ne fonctionnent pas »

L’ancien président français Nicolas Sarkozy, reçu à l’Elysée par le président sortant Emmanuel Macron, a dénoncé « l’agressivité » qui ne « cesse de se déchaîner semaine après semaine », dans les relations internationales. « La seule voie possible, c’est la diplomatie. L’alternative à la diplomatie est la guerre totale. La voie du dialogue est souvent décevante et longue, mais c’est une alternative. Il faut continuer sur cette voie, il n’y a pas d’autres choix », a-t-il déclaré.


Il a appelé à l’installation de nouvelles institutions multilatérales. « L’OTAN, le G7, le G20, même l’ONU, qui oscille entre apathie et immobilisme, ne fonctionnent pas », a-t-il constaté.
Sur Twitter, le gouvernement ukrainien a lancé un appel aux dons en publiant deux liens vers des comptes bancaires et à l’organisation de manifestations de rue pour « dénoncer l’agression russe ».


« Vos actions comptent. Votre voix peut être décisive pour renforcer la détermination occidentale et protéger la sécurité de l’Ukraine, de l’Europe et de l’ensemble du monde libre et démocratique contre une nouvelle force revancharde en Europe », est-il écrit.


Des civils comme « boucliers humains »

Vladimir Poutine a, de son côté, appelé les militaires ukrainiens à prendre le pouvoir à Kiev. « Il sera plus facile de nous entendre avec vous plutôt qu’avec la bande de néo-nazis et de toxicomanes qui ont pris en otage l’Ukraine », a déclaré le président russe, lors d’une réunion en visioconférence du Conseil de sécurité de Russie.
Selon le journal suisse Le Temps, qui cite des sources militaires occidentales, l’armée russe, qui a une «supériorité aérienne totale» en Ukraine, se rapprocherait de Kiev avec l’intention de «décapiter le gouvernement» ukrainien et « d’y installer à la place un gouvernement favorable à Moscou ».


Poutine a accusé des partisans de Bandera du nom de Stepan Bandera, nationaliste ukrainien qui avait collaboré avec le régime nazi, durant la deuxième guerre mondiale, de vouloir utiliser les civils comme des boucliers humains.
« Nous constatons que les partisans de Bandera et les néonazis installent de lourds armements directement dans les quartiers centraux de grandes villes, dont Kiev et Kharkov. Ils envisagent de provoquer des tirs de réponse de la part des systèmes de combat contre les quartiers résidentiels. En fait, ils agissent tout comme les terroristes à travers le monde: utiliser les civils pour accuser la Russie de faire des victimes parmi les civils », a-t-déclaré.


Et d’ajouter : « l’armée russe ne mène pas les principaux combats contre les unités régulières des forces armées ukrainiennes, mais avec des groupes nationalistes directement responsables, comme il est notoire, du génocide dans le Donbass et du sang versé par les civils des républiques populaires ».


La Russie bloque une résolution contre elle au Conseil de sécurité


Les nationalistes suivent, selon lui, des directives de conseillers étrangers dont des Américains.
Durant la nuit du vendredi 25 février, la Russie a bloqué un projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies l’appelant à « mettre fin à son opération militaire en Ukraine ».


« Membre permanent du Conseil de sécurité de l’Onu, la Russie a opposé son veto au projet de résolution proposé par les États-Unis et l’Albanie et déplorant ses actions en Ukraine. Onze des quinze membres du Conseil ont voté en faveur du document, tandis que la Chine, l’Inde et les Émirats arabes unis se sont abstenus », précise le site russe Sputnik news.
« La résolution réaffirmant un soutien à la souveraineté de l’Ukraine avait reçu le co-parrainage de près de 70 pays. Une fois adopté, le document aurait obligé la Russie à cesser « de recourir à la force » et à retirer « immédiatement, complètement et sans condition toutes ses forces militaires » du territoire ukrainien », est-il indiqué de même source.

L’OCDE rejette l’adhésion de la Russie


L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a décidé  de rejeter le processus d’adhésion de la Russie et de fermer son bureau à Moscou après l’offensive militaire en Ukraine. Dirigé par l’australien Mathias Cormann, l’OCDE, créé en 1948 pour appliquer le Plan Marshall (programme financier américain), regroupe actuellement 38 Etats.
L’Union européenne de radiodiffusion (UER) a, pour sa part, refusé la participation de la Russie au prochain concours musical de l’Eurovision, prévu en mai 2022 en Italie. L’Eurovision est, selon l’AFP, l’un des spectacles télévisés les plus suivis au monde avec plus de 200 millions de téléspectateurs.  

Article précédentUEFA: la finale de la Ligue des champions déplacée de Saint-Pétersbourg au Stade de France
Article suivantSalon mondial du mobile de Barcelone: l’accélérateur « Algeria Venture » représente les startups algériennes

2 Commentaires

  1. Pour comprendre ce qui se passe en Ukraine , il faudrait d’abord remonter à la création de ce pays . l’Ukraine a été entièrement créée par la Russie, ou pour être plus précis par la Russie bolchévique, communiste. Ce processus a débuté juste après la révolution de 1917. Lénine et ses camarades ont fait cela d’une manière très douloureuse pour la Russie, en séparant, en arrachant des terres qui sont historiquement russes. Personne n’a demandé l’avis des millions de gens qui y habitaient. Ensuite, avant et après la Grande Guerre , Staline a incorporé dans l’URSS et transféré à l’Ukraine des terres qui appartenaient auparavant à la Pologne, à la Roumanie et à la Hongrie. Au cours de ce processus, il donna comme compensation à la Pologne des parts de terres appartenant traditionnellement à l’Allemagne. En 1954, Khrouchtchev retira la Crimée à la Russie pour une raison quelconque et la donna également à l’Ukraine. Voilà essentiellement comment le territoire de l’Ukraine a été créé..
    Le problème ne s’arrêté pas là, en 2014 , ce qu’on qualifiait de révolution orange ( place MAIDAN) des forces externes ont joué un rôle dans ce processus en utilisant un réseau ramifié d’ONG et de services spéciaux afin de cultiver leurs clients en Ukraine et d’amener leurs représentants à des positions d’autorités. Les nationalistes radicaux ont pris avantage de la colère populaire légitime et de Maidan, afin d’effectuer un coup d’État en 2014. Ils recevaient un soutien direct de puissances étrangères. Selon des rapports, l’Ambassade Américaine a apporté 1 million de dollars par jour pour soutenir le soi-disant camp de la protestation sur la place de l’Indépendance à Kiev.
    Le comble de tout ce processus est atteint lorsqu’en vertu des lois sur l’éducation qui établissent la langue ukrainienne comme langue d’État, la langue russe n’a pas sa place dans les écoles ou les espaces publics, même dans les magasins.
    Au cours des dernières années, des contingents militaires des pays de l’OTAN ont été presque constamment présents sur le territoire ukrainien sous prétexte d’exercices. Le système ukrainien de contrôle des troupes a déjà été intégré à l’OTAN. Cela signifie que le quartier général de l’OTAN peut donner des ordres directs aux forces armées ukrainiennes.
    C’est ainsi que les accords de Minsk n’ont jamais été respecté par l’Ukraine , pourtant signataire de ces accords : la situation dans le Donbass, l’élite dirigeante à Kiev n’a jamais cessé d’indiquer publiquement et de façon claire sa réticence à se conformer aux accords de Minsk pour régler le conflit. Elle n’est pas intéressée par un règlement pacifique. Au contraire, elle tente d’orchestrer une guerre-éclair dans le Donbass comme ce fut le cas en 2014 et 2015. Pas un seul jour ne se passe sans que les communautés du Donbass ne subissent des bombardements. Le massacre de civils, le blocus, la maltraitance des personnes, y compris des enfants, des femmes et des personnes âgées, se poursuivent sans relâche. Pendant ce temps, le monde dit civilisé, les occidentaux se sont proclamés les seuls représentants, préfère ne pas voir cela, comme si cette horreur et ce génocide, auxquels sont confrontés près de 4 millions de personnes, n’existaient pas. Tout cela uniquement parce que ces personnes n’étaient pas d’accord avec le coup d’État soutenu par l’Occident en Ukraine en 2014 . Combien de temps cette tragédie peut-elle durer ? Combien de temps encore peut-on supporter cela ? S’est dit la Russie et le seul moyen c’est de raser ceS néo nazis qui gouvernent en Ukraine .
    Le grand danger , c’est cette armée ukrainienne infiltrée par ces extrémistes qui utilise la population comme bouclier humain . On voit bien le président de l’Ukraine qui utilise sa population comme chair à canon et refuse de négocier la fin des combats .

  2. C’est ainsi que l’Union Européenne ne veut pas intégrer l’Ukraine en son sein et c’est ainsi que l’OTAN tergiverse sur l’intégration de l’Ukraine.
    C’est un pays gouverné par des néo nazis que ni l’UE ,, ni l’OTAN ne veut l’avoir sur les bras.

Laisser un commentaire