François Gouyette « n’intervient pas dans la vie politique algérienne » (Ambassade de France)

0
François Gouyette
François Gouyette "n’intervient pas dans la vie politique algérienne" (Ambassade de France)

L’Ambassade de France en Algérie a « formellement » démenti des « allégations contenues dans un article du quotidien francophone Liberté », datant du 08 avril. L’article, intitulé «Ce qui attend Jean Castex à Alger » et datant du 08 avril, avant l’annulation de la visite du Premier ministre français, affirme que l’ambassadeur de France, François Gouyette, « a tenté de convaincre certaines formations de participer au prochain scrutin législatif ».

L »’Ambassadeur de France n’intervient pas dans la vie politique algérienne, ni n’incite quelque parti que ce soit à adopter une quelconque position vis-à-vis des scrutins algériens. Les échanges qu’il mène avec l’ensemble des acteurs du spectre politique algérien ont pou objectif le renforcement des relations bilatérales. C’est la mission de tout ambassadeur en poste », lit-on sur le communiqué de l’Ambassade de France, ce mardi 13 avril 2021.

« L’Ambassadeur François Gouyette la conduit dans le plein respect de la souveraineté de l’Algérie », conclut la représentation diplomatique française.

Dans son article, le quotidien Liberté la « cordialité » entre l’Algérie et la France, «qui tient au soutien clair du président français au processus politique en cours en Algérie ». Une « cordialité » mise à l’épreuve du Hirak et « de la décision des partis politiques de la mouvance démocratique de boycotter les élections législatives de juin prochain ».

« Des sources partisanes indiquent en effet que lors de ses récentes visites aux partis politiques, l’ambassadeur de France, François Gouyette, a tenté de convaincre certaines formations de participer au prochain scrutin législatif », écrit le quotidien, qui rapporte une déclaration anonyme d’un responsable de parti. « Il a essayé de défendre l’idée que seules des élections peuvent régler la crise et que dans le cas où nous boycotterions, la voie sera ouverte aux islamistes », a indiqué « le responsable d’un parti démocrate », fait savoir Liberté.

Belhimer critique l’ambassadeur de France

Le démenti de l’ambassade de France en Algérie intervient dans un climat tendu depuis le report de la visite de Jean Castex et exacerbé par les déclarations du ministre de la Communication Ammar Belhimer. Interrogé par le site d’information Arabic Post sur les rencontres de François Gouyette avec des chefs de partis politiques, M. Belhimer a exprimé le souhait que l’ambassadeur « participe à la construction du lendemain entre les deux pays » et « faire échouer les lobbys qui s’opposent à un rapprochement entre l’Algérie et la France ».

Le porte-parole du gouvernement algérien a surtout exprimé le souhait que l’ambassadeur français mette « sa grande expérience au profit » de cette « opportunité » que constitue la « volonté commune » entre M. Tebboune et M. Macron et ce , »dans les règles de la pratique diplomatique ».

« Je crois que l’ambassadeur de France ne ratera pas ces précieuses opportunités grâce à sa grande expérience et sa connaissance des limites et des règles de la pratique diplomatique, notamment en Algérie, qui, le cas échéant, n’hésitera pas à prendre les mesures nécessaires pour corriger la situation », lit-on sur le site arabophone.

Le Quai d’Orsay réagit et défendFrançois Gouyette

La déclaration de Belhimer intervient après celle de M. Djaaboub, ministre du Travail, qui a qualifié la France « d’ennemi traditionnel de l’Algérie ».

« Nous déplorons ces différentes déclarations, qui ne reflètent ni la qualité de nos relations bilatérales, ni la dynamique de leur renforcement, soutenue au plus haut niveau par les autorités de nos deux pays », a répliqué la porte-parole du ministère français des affaires étrangères. Agnès von der Mühll n’a toutefois pas précisé si le ministère avait protesté officiellement auprès des autorités algériennes.

La porte-parole a estimé que M. Gouyette « effectue sa mission dans le plein respect de la souveraineté algérienne. » « Il œuvre au renforcement de nos relations bilatérales, conformément à la volonté des autorités françaises », a-t-elle dit.

A la déclaration de M. Djaaboub, le secrétaire d’Etat français aux affaires européennes, Clément Beaune, a estimé « qu’il faut apaiser tout cela ».

Article précédentCovid-19 : 2e ramadhan « pas comme les autres », interrogations sur le vaccin de Johnson & Johnson
Article suivantBrahim Belkorichi, l’artiste qui « cartonne » en créant des œuvres écolo

Laisser un commentaire