Gisèle Halimi :
Archives

L’avocate Gisèle Halimi, est décédée ce 28 juillet, au lendemain de son 93e anniversaire, a annoncé sa famille.

Née à Tunis le 27 juillet 1927, la célèbre avocate, est connue par les Algériens pour avoir défendu des militants FLN pendant la guerre d’Algérie dont Djamila Boupacha.

Gisèle Halimi fait parie de ceux qui ont milité auprès du philosophe français Jean-Paul Sartre et les signataires en septembre 1960 du Manifeste des 121 en faveur de l’indépendance algérienne. Elle décide de défendre Djamila Boupacha accusée, alors, d’avoir posé une bombe. Djamila a été arrêtée et torturée par des soldats français, une motivation suffisante pour assurer la défense de la jeune combattante.

Commence alors une longue bataille, dans laquelle Gisèle Halimi entraîne Simone de Beauvoir dans la défense de sa cliente. De Beauvoir crée alors un comité avec Sartre, Louis Aragon, Geneviève de Gaulle, Germaine Tillion pour défendre la jeune combattante algérienne.

Djamila Boupacha est finalement jugée en France, à Caen, en 1961. Elle est condamnée à mort, mais sera amnistiée et libérée en 1962 après les accords d’Evian qui mettent fin à la guerre d’indépendance.

Gisèle Halimi est connue aussi pour son combat pour le droit à l’avortement et la criminalisation du viol. Elle fondera en 1971 avec Simone de Beauvoir le mouvement Choisir la cause des femmes, qui prendra part à toutes les luttes féministes et organisera la défense de nombreuses femmes maltraitées.

Gisèle Halimi « s’est éteinte dans la sérénité, à Paris », a déclaré à l’AFP l’un de ses trois fils, Emmanuel Faux, estimant que sa mère avait eu « une belle vie ».

Article précédentArt naïf , art brut, orientalisme et autres avatars
Article suivantYoucef Belmehdi annonce le maintien de la fermeture des mosquées jusqu’à la fin de la pandémie du Coronavirus

Laisser un commentaire