Archives

Abdelaziz Djerad, Premier ministre, a réagi, ce samedi 12 décembre 2020, aux derniers développements dans la région du Maghreb avec les annonces du président américain sortant Donald Trump de reconnaître « la souveraineté du Maroc » sur le Sahara Occidental et de révéler la normalisation prochaine des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël. « Dans notre environnement régional, il se passe des choses dangereuses pour que la région ne se stabilise plus. L’Algérie est ciblée. Nous avons déjà dit aux citoyens qu’à l’étranger, il y a des opérations menées pour frapper la stabilité du pays. Aujourd’hui, nous avons des preuves quand on voit tous les dangers existant à nos frontières et dans tout l’espace maghrébin et africain entourant l’Algérie. Il y a instabilité, menaces et guerres. Il y a une réelle volonté pour que l’entité israélienne et le sionisme se rapprochent de nos frontières », a-t-il déclaré à Alger, en marge d’une conférence sur les manifestations du 11 décembre 1960 au siège du Centre des Archives nationales. « Faisons attention. Nous devons être solidaires et régler nos problèmes internes entre nous. Nous devons travailler en toute fraternité pour trouver la meilleure voie en vue de sortir de cette crise. Tous les citoyens, toute la classe politique et toute l’élite intellectuelle doivent faire front et œuvrer pour maintenir la stabilité du pays », a-t-il dit.

« Travailler sans arrêt pour sortir de la crise »

Revenant aux manifestations du 11 décembre 1960, il a parlé « d’une étape historique ». « C’était un miracle mondial. Le peuple algérien s’est rassemblé à Alger et dans d’autres villes (pour manifester contre le colonialisme français). C’était l’une des étapes de la Révolution depuis le Premier novembre 1954. Le peuple algérien veut l’unité, la liberté, construire un Etat démocratique et social dans le respect de nos constantes religieuses. Nous devons nous concentrer sur ce qui est important. Pour ce qui est des questions techniques relatives à la gestion, nous sommes là pour les gérer et trouver des solutions avec la stabilisation de la pandémie de la Covid 19 et la stabilisation de l’économie avec la hausse prévisible du prix du pétrole », a-t-il déclaré. Il a ajouté qu’il existe une volonté réelle chez le président de la République et chez le gouvernement de « travailler sans arrêt pour sortir de la crise actuelle ». « Nous serons au rendez-vous pour que notre pays se stabilise sur les plans économique, social et politique », a-t-il promis.

Article précédentUne année après le 12/12: Communication défaillante et hostilité à l’égard des médias indépendants (Partie III)
Article suivantPétrole: le Brut de l’Opep frôle les 49 dollars

Laisser un commentaire