Crowdfunding – La plateforme « NINVESTI », une alternative financière pour les startups algériennes

0
Crowdfunding - La plateforme
Sini Nazim, fondateur de la plateforme de financement participatif NINVESTI
Formation en marketing digital - Mojo CreaLab

Les porteurs de projets, startups, et entreprises peuvent depuis quelques mois lever des fonds pour financer leur projet. La plateforme de financement participatif NINVESTI (J’investis), est un support digital dont le rôle est de collecter des fonds et les reverser aux bénéficiaires. Son concepteur Sini Nazim, aspire à ce qu’une centaine de porteurs de projets soient financés à la fin de l’année.

«De nombreusesidées innovantes germent un peu partout mais ne se concrétisent pas. Le premier obstacle est l’inaccessibilité au financement. Les banques refusent d’accorder aux porteurs de projets des prêts alors que c’est le principal moteur pour le développement de ce type d’entreprises. NINVESTI est cette alternative financière. Nous voulons que les porteurs de projets aient accès aux financements sans passer par des intermédiaires. Depuis quelques mois nous sommes reconnus par la COSOB comme étant des conseillers en investissement numérique» précise Nazim.

Sini Nazim est titulaire de deux masters, l’un en finance et stratégie d’entreprise et l’autre en marketing opérationnel. Il a commencé sa carrière en 2009 en France e où il a travaillé pour des banques. En 2010, il crée son cabinet d’audit à Marseille, et accompagne des entreprises françaises qui veulent s’implanter en Algérie et inversement. En 2015, il lance l’évènement «Le Salon de l’Algérie en France», dans l’optique de promouvoir l’Algérie en tant que destination économique. En 2017, il a commencé à s’intéresser au milieu du digital et créé la startup TeckData,  dont le rôle est de créer des applications qui rentrent dans le quotidien des gens. Le premier produit de cette startup est la plateforme NINVESTI.

La plateforme NINVESTI permet aux startups de bénéficier d’une aide. Celle-ci vient de la part de donateurs algériens basés en Algérie ou ailleurs dans le monde. Cette aide se déploie sous trois formes: le don sans contrepartie, le prêt sur gage où le porteur de projet s’engage à rembourser la somme à une date consentie par les deux parties. Et enfin, la prise de participation, c’est-à-dire l’achat d’actions dans l’entreprise.

«La diaspora est un financeur important dans cette plateforme. Il y a une grande volonté d’aider le pays économiquement. Ces Algériens de l’étranger ont le pouvoir d’achat, ils ont les fonds, les moyens de paiement en ligne, et surtout connaissent le Crowdfunding. Cette plateforme leur donne l’opportunité de participer au développement économique de leur pays» souligne Nazim.

Une dizaine de startups ont postulé pour une levée de fonds sur la plateforme NINVESTI et une trentaine en cours d’analyse.

Gage de la qualité et la sécurité

Chaque projet posté sur la plateforme NINVESTI, fait avant l’objet d’une analyse et une validation par une équipe pluridisciplinaire. Nazim explique que la vérification du projet se fait à tous les niveaux. Cette tâche est assignée au jury composé de quatre personnes. L’expert-comptable valide les données financières du projet. L’expert-juridique valide la partie réglementaire et juridique du projet, notamment si l’activité est légale. Le banquier valide le business plan avec le prévisionnel, et le chef d’entreprise valide la viabilité commerciale du projet.

Le retard qu’accuse l’Algérie en matière de financement participatif est dû à de nombreux facteur, notamment la défiance vis-à-vis des opérateurs économiques algériens selon Nazim. Il estime que l’algérien fait seulement confiance à une institution financière. Il n’est pas dans une conception de l’économie sans intermédiaire où il peut faire confiance à un concitoyen, ou à une entreprise. Un état d’esprit qui nous vient, entre autres, du système socialiste, souligne Nazim. Pour démocratiser ce type de concept et créer un climat de confiance, Nazim appelle les autorités à faire un travail pédagogique à travers des campagnes de promotion et de sensibilisation, des ateliers et forums autour du Crowdfunding.

Article précédentSaid Loucif: Les Algériens « ont besoin d’un pacte socio-politique pour sauver l’Etat »
Article suivantMeriem Laribi, la «petite main» du cinéma algérien

Laisser un commentaire