Covid-19 : Djerad appelle à une évaluation «sans surenchères» des incidences de la pandémie sur l’économie

0
Djerad appelle les participants au Hirak à
Djerad appelle les participants au Hirak à "faire preuve de vigilance"

Abdelaziz Djerad a appelé, ce samedi 18 juillet 2020, à une évaluation des incidences économiques et sociaux de la pandémie de la Covid 19 d’une manière objective, « sans surenchères et sans complaisance ». Le Premier ministre rencontre les opérateurs économiques et les partenaires sociaux en vue de la mise en place d’une commission de sauvegarde chargée d’évaluer les incidences causées par une pandémie qui a touché les 48 wilayas et provoqué l’arrêt de plusieurs activités commerciales, industrielles, touristiques et culturelles. La création de cette commission a été décidée lors du Conseil des ministres du dimanche 12 juillet 2020. Elle doit soumettre un rapport qui sera examiné lors du prochain Conseil des ministres prévu le dimanche 26 juillet 2020.

« La question à travers cette évaluation n’est pas liée à la recherche d’une opportunité d’accéder aux ressources publiques sans contrepartie ou à l’obtention d’avantages indus, mais plutôt à un processus nécessaire pour permettre une meilleure répartition des ressources », a déclaré Abdelaziz Djerad.

Il a précisé que l’objectif de l’évaluation est de préparer l’après-crise sanitaire et de maintenir les entreprises et les travailleurs dans un engagement fort pour mener « la nouvelle bataille pour le redressement de l’économie de notre pays ». « Nous sommes conscients que le redressement et la relance sociaux et économiques ne seront incarnés que par des entreprises équilibrées et par un pouvoir d’achat des familles suffisant pour soutenir la dynamique économique(…)le dialogue avec les partenaires sociaux et les opérateurs économiques demeure une condition sine qua non pour la réussite du processus de redressement du pays face à cette crise,sachant qu’en réalité, cet objectif légitime ne saurait être réalisé sans la conjugaison des efforts communs des autorités publiques et des partenaires sociaux dans un climat empreint de confiance, d’entraide et de complémentarité dans le travail », a-t-il ajouté.

Djerad a rappelé les déclarations du président Abdelmadjid Tebboune sur l’inexistence de différence entre les secteurs public et privé. « Il y a des entreprises productives et compétitives qui qui œuvrent pour le développement du pays par la création de richesses et d’emplois, et d’autres qui ne s’occupent que de collecter des richesses au détriment de l’investissement et de l’intérêt public », a-t-il soutenu. Des ministres, des représentants d’organisations patronales, d’associations professionnelles, de l’UGTA, du syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP) et du Conseil national économique et social (CNES) assistent à la rencontre, organisée à l’hôtel El Aurassi, à Alger. 

Article précédentBadis Diab, l’entrepreneur humaniste à la conquête du monde
Article suivantPlus de 65,5 mds de Da affectés à la lutte contre la Covid-19

Laisser un commentaire