Cinéma: Les Journées du film européen sont de retour à Alger

0
Cinéma: Les Journées du film européen sont de retour à Alger
Cinéma: Les Journées du film européen sont de retour à Alger

Les Journées du film européen sont de retour à partir de ce mercredi 3 février 2021 à l’Institut Français d’Algérie (IFA) à Alger. La délégation de l’Union européenne à Alger, qui organise l’événement, a annoncé que quatre films sont au programme jusqu’à samedi 6 février 2021.

Le coup d’envoi sera donné, ce mercredi 3 février  à 16h30, avec la projection du documentaire, « Citoyen Nobel » du réalisateur suisse Stéphane Goël. Il retrace notamment le parcours du prix Nobel de chimie 2017, Jacques Dubochet, obtenu avec le britannique Richard Henderson et l’américain Joachim Frank.


« Le scientifique doit sortir de sa tour d’ivoire«

Dans le film, Jacques Dubochet questionne sa notoriété soudaine. « Le scientifique doit sortir de sa tour d’ivoire et être un être politique, responsable dans la société, citoyen », estime ce bio-physicien suisse connu pour son combat pour la sauvegarde des glaciers polaires et pour le climat.

Jeudi 4 février à 16H30, le public aura rendez-vous avec le long métrage iranien, « Yalda, la nuit du pardon » de  Massoud Bakhshi.Âgée de 22 ans, Maryam Komijani, tue accidentellement son époux Nasser, 65 ans. Elle est condamnée à mort.  Mona Zia, sa belle-fille, est la seule personne qui peut la sauver.  Il suffirait que Mona accepte de pardonner Maryam en direct lors d’une émission de reality show. Le film, qui a obtenu le grand prix du jury au Festival du film indépendant de Sundance (Etats Unis)  en 2020, est inspiré « d’histoires réelles ».


Guerre froide

Samedi, 06 février, deux films sont programmés. Il y a d’abord, à 14 h, le drame romantique « Cold War » (guerre froide) du polonais Pawel Pawlikowski, candidat à l’Oscar du meilleur film étranger en 2019 au nom de la Pologne et prix de la mise en scène au Festival de Cannes en 2018.

Le film narre l’histoire de Wiktor, pianiste et chef d’orchestre d’une troupe folklorique professionnelle, qui rencontre lors d’un casting Zula, une jeune chanteuse, dans la campagne polonaise, à la fin des années 1940. Les deux amoureux se séparent lorsque le pianiste, en quête de liberté, décide de « traverser le mur » et s’installer à Paris. Zula préfère rester en Pologne.

Des années après, Zula rejoint la capitale française, après avoir épousé un italien, pour retrouver Wiktor qui travaillait dans un club de jazz. Zula ne reste pas longtemps en France, ne résiste pas à l’univers impitoyable du milieu artistique parisien. Le retour de Wiktor en Pologne pour la retrouver sera dramatique.


Des visages dans les villages

Le deuxième film qui sera projeté samedi 6 février à 16 h 30 sera « Visages Villages » d’Agnès Varda et JR, un documentaire original. La cinéaste de 88 ans sillonne, en 2016, les villages de France en compagnie du photographe JR (Jean René), 33 ans, connu par son travail artistique sur l’image et ses collages photographiques. Ils ont discuté avec les gens et les ont pris en photos dans plusieurs villages.

Tirées en grand format, les photographies sont ensuite accrochées dans les murs des villages comme des œuvres artistiques. Agnès Varda s’est mise dans « le camion photographique » de JR pour visiter et découvrir les villages. « Tu sais, c’est avec ce camion que je pars partout dans le monde », raconte JR à Agnès Varda. Le documentaire est également l’histoire d’une belle rencontre entre deux artistes curieux et généreux qui aiment les autres.

La délégation de l’Union européenne précise dans un communiqué que toutes les mesures sanitaires seront garanties au niveau de la salle de projection de l’IFA : « prise de température à l’entrée, port du masque obligatoire, distanciation des sièges et mise à disposition de gel désinfectant ».

Article précédentAbdelmadjid Attar: « Nous avons raté le virage de la transition énergétique »
Article suivantRéouverture du Jardin d’Essai et de la Promenade des Sablettes à Alger

Laisser un commentaire