A Béjaïa, des travailleurs de Numilog poursuivent leur protestation pour la création d’un syndicat

1
A Béjaïa, des travailleurs de Numilog poursuivent leur protestation pour la création d'une section syndicale
A Béjaïa, des travailleurs de Numilog poursuivent leur protestation pour la création d'une section syndicale
Formation en marketing digital - Mojo CreaLab

Des travailleurs de Numilog, filiale du groupe agro-alimentaire Cevital et spécialisée dans la logistique, observent une grève pour un quatrième jour consécutif dans la wilaya de Béjaïa. Ils exigent la réintégration de trois employés, « licenciés pour avoir créé une section syndicale » selon le mouvement de protestation et la reconnaissance légale du Conseil syndical comme partenaire social.

Les protestataires observent depuis le 06 juillet dernier une grève cyclique de trois jours, le lundi, mardi et mercredi pour protester contre le « licenciement abusif » de Smail Abdallah, Aidal Brahim et Maafa Karim. Dans une plateforme de revendications, transmise à l’Inspecteur régional du Travail, le Wali de Béjaïa, la section wilayale de l’UGTA et le directeur de l’agence de Béjaïa de Numilog SPA, ils exigent, outre la réintégration des trois employés susnommés, la « reconnaissance du Conseil syndical comme partenaire social à part entière », la mise en disposition d’un bureau pour la section syndicale et la levée des sanctions à l’encontre des travailleurs grévistes.

La plateforme exige également la révision de la grille des salaires des travailleurs, le paiement des heures supplémentaires, entre autres.

Lundi 13 juillet 2020, ils étaient plusieurs dizaines à marcher dans la ville avant de se rendre au siège régional de Cevital, sis près du port. Mercredi 15 juillet, ils ont observé un sit-in devant l’Inspection de travail, exigeant, à travers leurs slogans, le départ de son directeur suite « au refus de l’inspection de remettre aux protestataires une copie du PV portant une mise en demeure contre la filiale du groupe Cevital », fait savoir le Parti Socialiste des Travailleurs (PST).

Les travailleurs ont également observé une grève ce jeudi, devant le lieu de leur travail.

Il ne s’agit pas de la seule filiale de Cevital à vivre des bras de fer entre les travailleurs et leurs responsables. A Sétif, les travailleurs de l’usine de Samha pour la production de produits électroménagers Brandt observaient hier leur second jour de grève. Selon le PST encore une fois, ils exigent l’amélioration de leurs conditions de travail et la création d’un syndicat.

Article précédentLa chanteuse Sihem « Japonia » condamnée à 18 mois de prison ferme
Article suivantMohamed Ferkioui, une longue histoire avec le Châabi

1 commentaire

Laisser un commentaire