« Abou Leila », de Amine Sidi Boumediène au Festival du film de Shanghai

1
Affiche du film

Le long métrage « Abou Leila », du réalisateur algérien Amine Sidi Boumediène représente de nouveau l’Algérie dans les compétitions internationales. Cette fois-ci, il participe, aux côtés de quelques 360 autres films, au 23e Festival international du film de Shanghai qui se tient du 25 juillet au 2 août.

« Abou Leila » de Amine Sidi Boumediène est programmé hors compétition avec, entres autres films,  « ADAM » (Maroc) de Maryam Touzani et « The Perfect Candidate » (Arabie Saoudite/Allemagne) de Haifaa Al Mansour.

Premier long métrage de Amine Sidi Boumediene, après ses deux courts métrages, « Demain Alger? » et « El Djazira », a été distingué, en 2020, du Prix de la critique du Festival du film de Barcelone « D’A », après une programmation remarquée en 2019 au 72e Festival de Cannes, dans la section « Semaine de la critique ».

« Abou Leila » avait également été projeté dans des festivals en Bosnie Herzégovine, en Tunisie, en Belgique, en Italien ou encore en Egypte.

Coproduction, algéro-franco-qatarie de 140 mn, « Abou Leïla » revient sur les évènements tragiques des années 1990, à travers l’histoire des jeunes, Samir, interprété par Slimane Benouari et Lotfi, campé par Lyes Salem, qui traquent dans le désert algérien, Abou Leïla, un dangereux terroriste, dans un polar qui explore l’impact de la violence et les traumatismes qui y sont liés sur la société.

L’acteur et réalisateur algérien Lyes Salem avait décroché le Prix du meilleur acteur pour son rôle dans ce film lors des 30e Journées cinématographiques de Carthage en Tunisie en 2019.

La 23e édition de ce festival, qui compte deux section soumises à la compétition a prévu des panoramas sur les cinémas, chinois, japonais et italien avec un focus sur l’oeuvre de Federico Fellini (1920-1993).

Reporté d’un mois pour cause de perturbations provoquées par la pandémie de la Covid-19, le 23e Festival international du film de Shanghai se déroulera cette année « à la fois sur la toile et dans les salles », expliquent les organisateurs, pour promouvoir et booster l’activité dans l’industrie cinématographique tout en maintenant un niveau d’alerte élevé face à la pandémie.

Crée en 1993, le Festival international du film de Shanghai se fixe pour objectif de devenir un pôle culturel international dans le domaine du 7e Art.

Article précédentTunisie- Sur fond de bras de fer avec Ghannouchi, Kais Saïed désigne Hichem Mechichi pour former le gouvernement
Article suivantLibye: controverse à Tripoli après une visite mouvementée de Bernard Henri-Lévy

1 commentaire

Laisser un commentaire