3 mai: Bouslimani exhorte la presse à à mettre en avant les positions « constantes et pondérées » de l’Algérie

2
3 mai: Bouslimnai exhorte la presse à à mettre en avant les positions
Google Actualites 24H Algerie

Dans son message aux journalistes à l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse, le ministre de la Communication, Mohamed Bouslimani, a soutenu que la presse publique et privée étaient appelées à mettre en avant les positions « constantes et pondérées » de l’Algérie aux plans régional et international, notamment au regard des enjeux actuels et des défis découlant des tiraillements internationaux.

Par devoir national et professionnel, a souligné M. Bouslimani, « la presse publique et privée est appelée à mettre en avant les positions constantes et pondérées de l’Algérie aux plans régional et international, notamment au regard des défis actuels et des enjeux découlant des tiraillements internationaux ».

« A la veille de la célébration du 60e anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale, la presse nationale est appelée tout particulièrement à mettre en exergue les réalisations sans précédent de l’Etat dans divers domaines, notamment en faveur de la protection et du renforcement des droits des citoyens, comme en témoignent les récentes décisions du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, dans leurs dimensions sociale et économique », a ajouté le ministre de la Communication.

Pour lui, la liberté de la presse « a été consolidée par de nombreux acquis comme les nouvelles technologies qui ont facilité la communication en temps réel et l’accès aux sources d’information, mais sont devenues, en même temps, de dangereux outils utilisés pour porter atteinte à la vie privée des personnes et à la sécurité, la souveraineté et la stabilité des Etats ».

Il a indiqué, dans le même sillage, que l’Algérie qui est, selon des rapports internationaux, parmi les pays les plus exposés aux guerres de quatrième génération et aux cyberattaques, « reste engagée à protéger la liberté de la presse et les droits des journalistes et assimilés grâce au soutien de l’Etat ».

Un soutien qui, a-t-il dit, « se manifeste sous diverses formes, dont la consécration par le Président Tebboune de la culture de la communication directe avec les citoyens à travers les réseaux sociaux et ses rencontres périodiques avec les journalistes et les représentants de la presse ».

Ce soutien se manifeste, selon M. Bouslimani, aussi par « des garanties solides de protection et de promotion de la liberté de la presse, notamment à travers les principes énoncés dans la Constitution, le renforcement du système législatif y afférent et l’accompagnement matériel de nombreux médias, y compris privés ».

Pour le ministre de la Communication, la réussite de ces efforts « est tributaire de la conscience du journaliste quant à son rôle actif à fournir de manière professionnelle l’information au citoyen et éviter les fakenews relayés par les ennemis de l’Algérie, un pays attaché à ses principes internationaux et déterminé à réaliser un développement à la hauteur de sa position exceptionnelle ».

« Ce rôle dont la famille de la presse nationale n’a eu de cesse de jouer à travers les différentes étapes de son parcours professionnel, se confirme aujourd’hui dans un contexte de forte concurrence médiatique internationale exigeant un positionnement quantitatif et qualitatif fort afin de contribuer à la réussite du programme de l’Algérie Nouvelle et des importantes manifestations régionales que notre pays accueillera prochainement », a assuré le ministre.

A cette occasion, M. Bouslimani a adressé ses meilleurs vœux à la famille de la presse nationale, saluant son rôle dans la promotion de la profession et l’accompagnement de la politique d’édification nationale et de défense des causes justes à travers le monde. Il a souligné, dans ce sens, que ce jour, « une halte d’évaluation et d’exploration des perspectives et opportunités de soutien de la liberté de la presse », constitue également « une opportunité pour s’incliner à la mémoire des journalistes qui ont sacrifié leur vie pour défendre les valeurs et l’éthique de la profession ».

Le ministre de la Communication a mis l’accent sur le souci de son secteur à « consacrer une approche participative pour la promotion de la profession de journalisme, et ce, dans le respect de l’éthique et de la déontologie de la profession reposant essentiellement sur la liberté et la responsabilité ».

Article précédentAïd El-Fitr: Tebboune présente ses vœux aux éléments de l’ANP, aux corps constitués et au corps médical
Article suivantSaïd Djaafer, parcours dans une presse sous pressions

2 Commentaires

  1.  » journée internationale de la liberté de la presse » que dire alors de la censure de RT FRANCE et Sputnik au niveau de l’Europe , région qui se prévaut de liberté et de démocratie.
    Nous suivons l’actualité de l’Ukraine dans un angle très réduit où les chaînes françaises nous bombardent d’informations qui n’ont aucun sens .
    Quant à notre presse , elle a subit des dégâts énormes depuis les années 90 . Reposez en paix , vous qui avaient défendu le droit d’avoir des droits.

  2. « reste engagée à protéger la liberté de la presse et les droits des journalistes et assimilés grâce au soutien de l’Etat ». Alors pourquoi vous mettez en prison tout opposant à vos politique ou simple avis qui ne va pas dans le sens de votre gestion du pays, pourquoi priver les citoyens de s’exprimer librement en route légalité, pourquoi opposer au peuple toute sorte de répression et aucune tolérance?

Laisser un commentaire