Près de 1500 harragas arrivés sur les côtes espagnoles en 72h dont 1000 interceptés

0
Près de 1500 harragas arrivés sur les côtes espagnoles en 72h dont 1000 interceptés
Photo El Diario De IBIZA

Près de 1500 harragas algériens ont débarqué sur les côtes espagnoles durant les dernières 72 heures. Une nouvelle déferlante après celle des mois de juillet et août qui confirme, chiffres à l’appui, que l’immigration clandestine algérienne est de plus en plus inquiétante et emprunte la « voie directe » vers l’Espagne.

Selon Francisco Jose Clemente du centre international d’identification des migrants disparus (Cipimd) et membre de l’ONG Heroes Del Mar, ils ont été près de 1500 harragas Algériens à débarquer sur les côtes espagnoles entre le 18 et le 20 septembre 2021.

Sur les 1500 personnes qui ont tenté l’entrée clandestine en Espagne, 1000 ont été interceptées par la Guardia Civil ou les garde-côtes espagnols. Les quelques 500 autres harragas ont réussi à se faufiler dans le pays sans être interceptés.

Le volontaire espagnol explique que 80 embarcations sont arrivées jusqu’aux côtes espagnoles de Almeria, Alicante, Murcie et les iles baléares avec à leurs bords 1000 personnes dont des femmes et des enfants. Les calculs de l’ONG ont permis de compter près de 500 autres personnes qui ont réussi à se faufiler en territoire espagnol sans être interceptés par les autorités espagnoles. « Un record absolu en trois jours consécutifs », affirme Francisco Jose Clemente Martin.

De même source, on apprend que, pendant la même période, 4 Algériens sont morts sur les côtés de Almeria alors que 15 autres ont été naufragés près des côtes algériennes. Sur les quatre personnes décédées, seule une a été identifiée pour l’heure.

La majorité des personnes arrivées en territoire espagnol sont interrogées avant d’être soignées et placées dans les centres de rétention pour étrangers (CIE) avant d’être relâchées au bout de 48 ou 72h avec décision d’expulsion. 90% de ces décisions ne seront jamais appliquées, soulignent les médias espagnols.

Selon les autorités des Baléares, les Algériens qui arrivaient sur l’archipel jusqu’à 2020 étaient refoulés. La fermeture des frontières algériennes ne permet plus ces retours forcés, ajoutent-ils. Ce qui explique le nombre croissant d’arrivants sur les iles devenues, un point de passage des harragas algériens.

« Avalanche de harragas”

Un rapport de la commission européenne publié en 2020 avait relevé que les Algériens empruntent de moins en moins la route marocaine pour rejoindre l’Espagne par la mer, comme c’était le cas depuis des années. Ces harragas partent désormais directement des côtes algériennes.

Selon Francisco José Clemente, près de 400 embarcations sont arrivées à Almeria depuis le début de l’année. Le bénévole alerte sur l’incapacité de son organisation à prendre en charge dignement cette « avalanche » d’arrivants de plus en plus nombreux.

En Algérie, on sait désormais que l’on ne part plus uniquement des côtes de l’Ouest du pays. Les Algériens prennent la mer même des côtes algéroises et celles de Boumerdes.

En 2020, l’Espagne a été la première destination des harragas algériens. Sur les 41 000 migrants arrivés en Espagne, 11 200 sont de nationalité algérienne, selon la police espagnole.  

Article précédentQuand Sansal rencontre Zemmour pour parler de l’Islam qui « menace de mort » la France
Article suivantLa France demande pardon aux Harkis, refuse de reconnaître les crimes coloniaux en Algérie

Laisser un commentaire