Visite en Algérie de trois responsables américains pour discuter de sécurité et d’économie

0
Visite en Algérie de trois responsables américains pour discuter de sécurité et d'économie
Visite en Algérie de trois responsables américains pour discuter de sécurité et d'économie

Une délégation américaine de haut niveau est à Alger pour une visite de deux jours. A l’ordre du jour de la visite : la sécurité au Sahel, la situation au Mali et en Libye et le dossier du Sahara Occidental.

La délégation comprend le secrétaire d’État adjoint pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, David Schenker, la secrétaire de l’armée de l’air, Barbara Barrett, et le commandant des forces aériennes américaines en Europe et en Afrique, le général Jeffrey Harrigan.

« L’Algérie possède une expertise durement acquise en matière de sécurité et de lutte contre l’extrémisme violent, et nous ne pouvons qu’avoir du respect pour ses capacités », a déclaré Barbara Barrett, selon un communiqué de l’ambassade des États Unis à Alger.

Elle a exprimé le souhait de renforcer davantage les liens entre les deux pays dans le domaine sécuritaire. « Les États-Unis et l’Algérie entretiennent des relations très importantes et nous apprécions profondément la coopération multiforme et mutuellement bénéfique. Nous avons de nombreux intérêts communs, en particulier dans la promotion de la stabilité régionale », a déclaré, pour sa part, David Schenker, le diplomate américain avec le plus haut rang pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

Sabri Boukadoum, ministre des Affaires étrangères, a reçu, ce jeudi 7 janvier 2021, David Schenker. « Cette rencontre a été l’occasion de faire une évaluation exhaustive et franche de l’état des relations bilatérales algéro-américaines dans les divers domaines de coopération », a précisé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Faire avancer les causes de la paix dans l’impartialité »

Les deux responsables, selon la même source, ont abordé les dossiers de la Libye, du Mali, du Sahara Occidental et de la situation au Moyen Orient et au Sahel. « A cet égard, Boukadoum a souligné la nature du rôle attendu des Etats-Unis pour faire avancer les causes de la paix sur les plans régional et international, dans l’impartialité qu’exigent les défis actuels », est-il encore souligné dans le communiqué.

Alger n’a pas apprécié la décision du président américain sortant Donald Trump de reconnaître « la souveraineté » du Maroc sur le Sahara Occidental. Le dossier du Sahara Occidental est une question de décolonisation pour l’Algérie qui doit être reglée dans le cadre de l’ONU. Washington craint que la décision de Trump n’ait une influence négative sur ses relations stratégiques, en matière sécuritaire notamment, avec l’Algérie. L’ambassade des États Unis à Alger rappelle que la venue des trois hauts responsables américains est la dernière d’une série de visites officielles en Algérie au cours des derniers mois.

Le 23 septembre 2021, le général Stephen Townsend, chef du Commandement militaire américain en Afrique (Africom), était venu à Alger « pour discuter de questions de sécurité régionale et des opportunités d’engagement avec le président Tebboune ».

« Stabilité et prospérité régionales »

Cette visite a été suivie par celle du secrétaire américain à la Défense Mark Esper, le 1er octobre 2021, qui a été reçu par le président Abdelmadjid Tebboune. La discussion a porté, entre autres, sur « l’élargissement de la coopération militaire bilatérale entre les deux pays ».

La visite de Mark Esper était la première d’un secrétaire à la défense en exercice depuis 2006. « Ces visites de haut niveau illustrent l’importance qu’accordent les décideurs américains au partenariat avec l’Algérie et à la manière dont nous travaillons ensemble pour faire progresser des objectifs communs tels que la stabilité et la prospérité régionales », a déclaré le chargé d’affaires américain en Algérie Gautam Rana, cité dans le communiqué de l’ambassade.

Article précédentBilan de coronavirus: 262 nouveaux cas en Algérie
Article suivantDavid Schenker à Alger: « Les États-Unis n’envisagent pas d’établir une base militaire au Sahara occidental »

Laisser un commentaire