Tunis rassure Alger sur « la clarté » des relations, après les propos surprenants d’un ancien ministre

0
Tunis rassure Alger sur
Tunis rassure Alger sur "la clarté" des relations, après les propos surprenants d'un ancien ministre

Une crise diplomatique évitée de justesse. Des propos critiques d’un ancien ministre tunisien des Affaires étrangères sur l’Algérie ont failli mettre le feu aux poudres. Tunis a vite réagi pour « contenir » la crise.

Invité d’une émission de la radio privée tunisienne IFM, Ahmed Ounaies, ancien chef de la diplomatie tunisienne, s’attaque directement à l’Algérie, l’accusant d’avoir «brisé » le rêve de la construction maghrébine. « Le choix maghrébin n’a pas été cassé par le Roi du Maroc, mais par ceux qui jouent avec le feu. Qui a déclaré la guerre au Maroc ? L’Algérie, le régime militaire algérien. Qui a aidé l’Algérie à se mettre debout et reconquérir sa souveraineté ? Ses voisins, la Tunisie et l’Algérie », a-t-il déclaré.

Selon ses affirmations, l’Algérie aurait « pris » des « centaines de kilomètres du Sahara tunisien ». « Habib Bourguiba a cédé. Ce n’était pas le cas de Hassan II. Il avait raison. Ils lui ont déclaré la guerre. Après l’indépendance, la Tunisie a subi une attaque à Gafsa. C’était donc une guerre contre la Tunisie et une autre contre le Maroc de la part du régime militaire algérien. Nous souffrons tous de ce régime, y compris les algériens…», a ajouté Ahmed Ounaies, ancien ambassadeur de la Tunisie en Russie et en Inde.

Ahmed Ounaies n’est pas à sa première attaque contre l’Algérie. En mars 2019, il a reproché aux Algériens de ne pas accepter la critique contre leur pays. « Quand le peuple algérien et la classe politique algérienne constatent qu’ils sont des humains comme les autres et qu’ils constituent une société comme les autres sociétés, ils vont se réconcilier avec eux même et vont accepter le débat avec leurs frères du Maghreb et avec le reste du monde », a-t-il affirmé.

Rencontre prochaine entre Tebboune et Saïed

Les propos surprenants d’Ahmed Ounaies n’ont pas été commentés à Alger. Othman Jerandi, ministre des Affaires étrangères, de la Migration et des Tunisiens à l’étranger, s’est démarqué de ces déclarations en recevant, mardi 15 décembre 2020, l’ambassadeur d’Algérie à Tunis, Azouz Baalal, au siège de son département, à l’avenue de la Ligue des États arabes, à Tunis.

Il a évoqué la clarté de la relation entre la Tunisie et l’Algérie. « Une relation qui ne saurait être entachée par des positions officieuses n’engageant en rien la Tunisie », est-il souligné dans un communiqué, repris par les médias tunisiens. Il a qualifié les relations avec l’Algérie de fraternelles. « Des relations solides puisées des valeurs de fraternité et de de combat commun lors d’épopées historiques écrites en lettres d’or par les enfants de la Tunisie et de l’Algérie, des épopées source de fierté pour les générations à venir », a-t-il dit.

Le chef de la diplomatie tunisienne a appelé à donner « une nouvelle dynamique » aux mécanismes de coopération économique entre les deux pays voisins « face aux défis et exigences de l’ère et au mieux des intérêts des deux peuples frères ». Ce jeudi 17 décembre, le président tunisien Kaïs Saïed a téléphoné à son homologue algérien Abdelmadjid Tebboune pour lui exprimer son « soulagement » après son rétablissement.

Selon un communiqué de la présidence de la République, repris par l’APS, les deux chefs d’États ont convenu de se rencontrer dès le retour du président algérien, en convalescence actuellement en Allemagne, en Algérie.

Article précédentCOVID-19: Twitter veut faire supprimer les messages trompeurs sur les vaccins
Article suivantAttar prévoit une hausse des exportations algériennes du pétrole en 2021

Laisser un commentaire