Corruption: Tliba dénonce les fils de Ahmed Gaid Salah et leur beau frère à la Cour d’Alger

0
Corruption: Tliba dénonce les quatre fils de Ahmed Gaid Salah et leur beau frère auprès du procureur de la Cour d'Alger
Archives
Google Actualites 24H Algerie

Le collectif de la défense de l’ancien député et vice président de l’APN, Baha-Eddine Tliba détenu à la prison d’El Harrach a entrepris aujourd’hui une action en justice au nom de leur client auprès du procureur de la Cour d’Alger. Il s’agit d’une dénonciation de plusieurs affaires de corruption et enrichissement illicite dont le mandant détiendrait les « preuves irréfutables ».

Dans le document publié par le quotidien national El Watan et réception par le procureur de la République accuse nommément les quatre fils de l’ancien chef d’état major Ahmed Gaid Salah et leur beau frère d’avoir trompé dans des affaires de corruption.

Corruption: Tliba dénonce les fils de Ahmed Gaid Salah et leur beau frère
Corruption: Tliba dénonce les fils de Ahmed Gaid Salah et leur beau frère

De même source, on apprend que l’avocat Me Amrani Chemseddine, membre du collectif de défense de l’ex député, estime que leur mandant s’est mis au service de la justice à l’ère de la nouvelle Algérie pour dénoncer les malversations et la richesse d’origine douteuse d’un groupe composé des membres d’une même famille. Eu égard de son statut, il détient des preuves irréfutables et vérifiables sur les pratiques de ce réseau qu’il compte mettre à la disposition de la justice».

Pour rappel, la Cour d’Alger a condamné en appel le 06 décembre 2020, l’ex vice président de l’APN à 7 ans de prison ferme avec la saisie de tous ses biens, dans l’affaire de l’argent utilisé dans la confection des listes électorales lors des législatives de 2017.

Le procureur avait requis le durcissement des peines prononcées en première instance. Les deux principaux accusés avaient été condamnés à 8 ans de prison et une amende de 8 millions de dinars.

Le tribunal de Sidi M’Hamed avait retenu les accusations de «dilapidation de fond publics», «conclusion de marchés en violation de la législation», «abus de fonctions», «faux en écritures publiques», «blanchiment d’argent» et «obtention d’indus avantages».

Article précédentOuverture du tronçon autoroutier entre Chiffa et Berrouaghia
Article suivantCovid-19 : Londres et l’Italie se reconfinent pour éviter un rebond de l’épidémie

Laisser un commentaire