TINNIT, une œuvre où se rencontrent arts et médiums

1
TINNIT, une œuvre où se rencontrent arts et médiums
TINNIT, une œuvre où se rencontrent arts et médiums

La restitution de la résidence d’artistes « les arts mêlés  » aux ateliers sauvages, a été marquée par la présentation d’une œuvre pluridisciplinaire, inédite, baptisée « Tinnit » au nom de la déesse de la fertilité et la créativité. Les artistes qui ont pensé, réfléchi et expérimenté cette œuvre, ont offert au public une expérience à la fois sonore, visuelle et olfactive.

Comme son nom l’indique, la résidence « les arts mêlés », a réuni, durant deux mois, des artistes venus d’univers différents. La plateforme « Tinnit » et le résultat d’un travail de dur labeur.

L’artiste visuel Mehdi Hachid, le saxophoniste Hacene Zemrani, le musicien compositeur Youcef Bouzidi et le poète et écrivain Sofiane Elbaroudi ont repoussé les limites de leurs arts respectifs, se sont ouvert aux interprétations de chacun pour construire une œuvre collaborative.

« Tinnit est une oeuvre collective mais qui peut exister de manière individuelle à travers chacun de nous. Nous avons tous une version de Tinnit propre à nous. Ça peut-être que de la musique, du texte ou des images. Elles est aussi évolutive, car elle peut accueillir différentes expressions artistiques qui pourront s’emboiter sur la musique. Ces deux mois ont été intenses. Nous étions constamment en réflexion et expérimentation. Il fallait également prendre en compte la vision de chacun. Au fur et à mesure une boucle créative s’est créée entre nous » décrivent les résidents des ateliers sauvage Youssef Bouzidi, Mehdi Hachid, et Hacene Zemrani .

Tinnit est un projet qui a germé il y a quelques années et qui a pris forme lors de la résidence « les arts mêlés ».

En 2019 Youssef Bouzidi et Hacene Zemrani participait à la résidence d’artistes «MAAEN» organisée par l’agence algérienne pour le rayonnement culturel et abritée à Villa Abdelatif. Les deux artistes devaient en une semaine préparer un concert live.

Mehdi Hachid participait également à cette résidence. Approché par Hacène et Youssef, ils lui demandent s’il voulait projeter des images lors du concert. Mehdi Hachid a écouté la musique des deux musiciens et s’est exprimé visuellement le jour du concert.

Pour chacun d’entre eux, le projet Tinnit prend tout son sens à travers cette première expérience. « Tinnit, est un projet qui a toujours visé une collaboration pluridisciplinaire. C’est un projet qui se construit autour d’une performance live et qui se manifeste à travers différents médiums notamment sonores et visuels d’où l’appellation plateforme », précise Hacene Zemrani .

Sur la collaboration avec le poète et écrivain Sofiane Elbaroudi, Hacene Zemrani dira que c’est un ami de longue date. Pour lui, Sofiane Elbaroudi a donné au dialecte algérien une dimension littéraire. « On se rejoint tous dans deux qualités; le dépassement de soi et la recherche constante. Notre travail est engagé et repose sur une réflexion avant l’expérimentation. Les autres arts qui seront accueillis dans la plateforme à l’avenir doivent évoluer dans cet esprit de recherche », souligne Hacene Zemrani .

Tinnit…une expérience sensitive et humaine


Lors de la restitution, les artistes ont offert au public une expérience sensitive. À travers les notes des deux musiciens Hacène et Youssef, les textes de Sofiane Elbaroudi et la mise en scène de Mehdi Hachid, les artistes ont voulu susciter de l’émotion chez le public.

« Celui qui est venu voir l’exposition, il a écouté du son, vu des images et des formes et senti des odeurs. Nous ne voulons pas intellectualiser l’œuvre. Qu’il s’agisse de musique ou de visuel les deux son vecteur d’émotion. Et l’émotion est sensitive et non pas intellectuelle », décrivent les artistes.

Une expérience artistique mais aussi humaine. Les artistes racontent que durant la semaine avant la restitution des amis et connaissances étaient venus leur apporter leur soutien. Ils saluent l’effort des décorateurs, des photographes qui les ont suivis et bien d’autres personnes qui ont participé de loin ou de prés à ce projet.

« Au-delà de l’aspect artistique de Tinnit, c’est aussi une expérience humaine et sociale. Nous avons travaillé ensemble durant deux mois à un rythme effréné. Nous avons beaucoup discuté, nous nous sommes critiqué, parfois on stagnait, mais on a réussi à mettre de coté les susceptibilités et avancer. On gagnerait beaucoup à travailler ensemble. C’est à la fois une force créative et une expérience enrichissante sur le plan humain », souligne les trois artistes.

La plateforme Tinnit prendra différentes formes et accueillera de nouvelles expressions artistiques. C’est un spectacle vivant qui épousera à chaque fois de nouvelles formes d’art et différents médiums.

LIRE AUSSI: Oumlil d’El-Meya, un voyage à travers les rites mythes et traditions

Article précédentPrésumée découverte de pétrole à Constantine: une « huile moteur très dégradée » (Sonatrach)
Article suivantSahara Occidental: les Etats-Unis soutiennent des « négociations politiques »

1 commentaire

Laisser un commentaire