Tebboune regrette le peu d’intérêt accordé à l’étude des mathématiques en Algérie

1
LTebboune regrette le peu d'intérêt accordé à l'étude des mathématiques en Algérie
Tebboune regrette le peu d'intérêt accordé à l'étude des mathématiques en Algérie

Le président Abdelmadjid Tebboune a fait un plaidoyer pour l’enseignement des sciences en Algérie.


« Les Etats se construisent par les mathématiques et les sciences. Quand les sciences s’épanouissent, ces Etats réussissent. La cause de notre retard par rapport aux occidentaux est lié est au peu d’intérêt accordé aux sciences. Dans nos universités, à peine 3 % des étudiants sont dans la filière mathématique », a regretté le chef de l’Etat, lors  d’une cérémonie de distinction des lauréates du championnat du monde de calcul mental organisé en ligne à Taipei (Taïwan).


Et d’ajouter : « Pour qu’un Etat crée les mécanismes de sa défense, il faut recourir aux mathématiques et à la physique. Cette génération et celles qui viendront après seront les pionniers du développement du pays. Il ne faut pas abandonner les mathématiques et le calcul. Il faut du calcul et des sciences exactes pour aller vers mars et la lune et pour fabriquer des fusées ».

Tebboune évoque la création des écoles de mathématiques et d’intelligence artificielle


Tebboune est revenu sur la création de deux écoles nationales, l’une consacrée aux mathématiques, l’autre à l’intelligence artificielle.


« Ces deux écoles sont uniques en leur genre en Afrique et dans le monde arabe », a-t-il précisé.


Elles doivent accueillir les meilleurs élèves dans ces deux disciplines.


Ritaj Soujoud Rehahla, une élève surdouée


Abdelbaki Benziane, ministre l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a annoncé, le 25 août 2021, que les deux écoles, qui sont basées à Alger, doit accueillir les premières promotions composées de 200 étudiants chacune.


« Nous avons recçu 8000 demandes sur l’Ecole de l’intelligence artificielle et 1000 demandes sur l’Ecole des mathématiques », a-t-il précisé dans un entretien à l’APS.


Pour rappel, Ritaj Soujoud Rehahla, écolière surdouée de Sétif âgée 11 ans, a remporté le titre de championne du monde de calcul mental. Plus de 1000 concurrents de 30 pays ont participé à ce concours virtuel organisé à partir de Taïwan.
Adala Anfel Hibat Errahmane et Malak Ayat Errahmane, deux autres écolières, ont été classées parmi les 10 premiers lauréats dans la même compétition.

Article précédentDjezzy annonce une hausse de son résultat opérationnel au 2e trimestre 2021
Article suivantRentrée parlementaire: Salah Goudjil annonce la tenue d’une séance consacrée à la politique extérieure

1 commentaire

  1. Soyons pragmatiques , où mènent les mathématiques et l’intelligence artificielle ? Certes le développement reste la priorité d’un pays en ayant des mathématiciens de hauts niveaux ainsi que des informaticiens de hauts niveaux , à condition que le climat politique s’y prête.
    Or , on ne parle pas de ceux qui optent pour les filieres lettres. C’est à ce niveau que les regards doivent s’orienter car c’est toute la colonne vertébrale du pays qui s’y joue. En effet , un étudiant ayant obtenu un BAC lettres , il est orienté vers les filières de formation des magistrats, des administrateurs et autres fonctions de l’État, qui doivent encadrer les hautes fonctions de la justice et de l’administration.
    Or , que se passe t il en amont c’est à dire en 2 AS du Lycée, ce sont les élèves à faibles moyennes, c’est à dire les cancres, qui sont orientés vers la filière lettres, la suite tout le monde la connaît.
    Or que voyons nous en France -par exemple- l’ensemble des ministres , des cadres de l’État ce sont tous des diplômes de l’école nationale d’administration. A méditer.

Laisser un commentaire