Tebboune fixe des conditions pour l’importation de véhicules neufs

2
Tebboune fixe des conditions pour l'importation de véhicules neufs
Tebboune fixe des conditions pour l'importation de véhicules neufs

Le président Abdelmadji Tebboune a fixé plusieurs conditions pour l’importation de véhicules neufs, ce dimanche 18 avril 2021 lors du Conseil des ministres. D’autres propositions et décrets de plusieurs secteurs ont été étudiés et approuvés, annonce un communiqué du Conseil.

Le chef de l’Etat a approuvé la création de deux écoles supérieures de mathématiques et d’intelligence artificielle d’une capacité de 1.000 places chacune à Sidi Abdallah dans l’ouest d’Alger. Il a demandé à son gouvernement de « mettre en place les mécanismes juridiques pour encadrer les diplômés de ces écoles supérieures afin de lutter contre le phénomène de la fuite des cerveaux ».

Le Conseil a aussi approuvé le projet de création d’une école spécialisée dans la formation des enseignants spécialisés dans l’enseignement des sourds et muets.

Le même communiqué dévoile que M. Tebboune a fixé les conditions et les mesures pour l’importation des véhicules neufs. Le ministre de l’Industrie a d’abord exposé le projet de décret exécutif modifiant le décret exécutif fixant les conditions et les modalités d’exercice de l’activité de concessionnaires automobiles qui a été élaboré par l’ex-ministre, Ferhat Ait Ali.

Plusieurs conditions pour l’importation de véhicules neufs

Le président a fixé le volume de la cylindrée qui ne doit pas dépasser 1.6 litre comme première condition pour l’importation des véhicules neufs. Il a également ordonné d’allouer une part de 15 % de toutes les voitures importées aux véhicules électriques. M. Tebboune a aussi exigé la réduction au minimum de l’importation des véhicules à moteur diesel, selon le communiqué.

Plusieurs autres décisions touchant à d’autres secteurs ont été approuvées.

L’importation de véhicules neufs a été soumise à partir de 2016, afin de favoriser le montage local de véhicules. Des mesures qui ont notamment accéléré la dilapidation de deniers publics, dont les affaires de corruption sont toujours d’actualités dans les tribunaux algériens.

L’Algérie a levé cette décision en 2020. L’ex-ministre, Ferhat Ait Ali, avait élaboré un premier cahier de charges et délivré plusieurs autorisations provisoires. Le cahier de charges a notamment fait l’objet de vives critiques, y compris par le président.

En février, le chef de l’Etat avait ordonné « l’assainissement des accumulations négatives caractérisant, par le passé, la politique du ministère de l’Industrie, en adéquation avec les textes juridiques et la nouvelle orientation de la politique industrielle ».

Enseignement supérieur et Recherche scientifique

« Suite à l’exposé présenté par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique sur les projets de réalisation, au niveau du pôle technologique Sidi Abdellah, d’une Ecole nationale supérieure des mathématiques et une Ecole nationale supérieur de l’intelligence industrielle, d’une capacité de 1000 places pédagogiques chacune, le Président a mis l’accent sur l’importance d’accélérer la cadence de réalisation et de développement des écoles supérieures spécialisées et tournées vers l’économie de demain, un pas essentiel vers l’édification de l’Algérie nouvelle », poursuit le communiqué.

M. Tebboune a aussi insisté sur son objectif de « conduire l’Algérie vers une formation poussée dans le domaine des sciences, toutes spécialités confondues, tout en encourageant l’échange d’expériences dans le domaine de la formation avec nos partenaires étrangers ».

Créer un baccalauréat d’art

Le Président a également chargé le ministère de la Santé de créer un établissement hospitalier pour la prise en charge des malentendants et des sourds, « en focalisant sur le développement des opérations de l’implantation cochléaire, et ce en partenariat avec start-ups algériennes activant dans le domaine ». Il a aussi chargé également le Gouvernement de trouver les mécanismes adéquats pour la prise en charge des enfants autistes.

Concernant la proposition de créer un baccalauréat des arts (audiovisuel, théâtre et cinéma…), le Président « a mis en avant le rôle clé de la culture et des arts dans la concrétisation du changement escompté et la diversification de l’économie nationale », explique le communiqué.

Il a « souligné la nécessité de renforcer l’éducation artistique dans le milieu éducatif en vue de le rendre une pépinière de talents, tout en la développant au niveau national dans les différentes spécialités pour parvenir à une véritable industrie artistique ».

Abdelmadjid Tebboune « a mis l’accent sur l’orientation des élèves talentueux depuis leur première année secondaire vers une branche artistique en vue de leur assurer une formation précoce et ouvrir la voie aux jeunes algériens pour développer leurs dons et passions dans les différentes spécialités ».

L’Algérie adhèreà l’accord portant création d’une Banque européenne

Le Conseil a également examiné et adopté trois projets de décrets présidentiels présentés par le ministre des Affaires étrangères, portant adhésion de l’Algérie à l’accord portant création de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (EBRD) signé à Paris le 29 mai 1990, ainsi que ses amendements du 30 janvier 2004 et du 30 septembre 2011, outre un accord de coopération avec la République de Turquie dans le domaine du transport et de l’aviation, et un autre avec la République d’Angola portant suppression des visas au profit des titulaires des passeports diplomatiques et de service.

Au terme de la séance, le président a approuvé l’institution de la journée du 27 mai, date d’exécution du chahid Mohamed Bouras, journée nationale des scouts musulmans, « et ce en vue d’immortaliser les épopées, préserver la mémoire nationale et renforcer la solidarité nationale ».

Article précédentDécès de la musicienne Naima Ababsa
Article suivantL’école algérienne dans la paix civile

2 Commentaires

  1. […] Les concessionnaires « doivent veiller, dans leur gamme de véhicules de tourisme, à la promotion de véhicules électriques » en étant « tenus d’honorer toute commande exprimée de véhicules électriques à hauteur de 15% du total de véhicules de tourisme commercialisés », est-il stipulé dans le décret. […]

Laisser un commentaire