Tanguy Leriche, CEO de Jumia Algérie: “Nous sommes en discussions avancées pour déployer notre solution d’e-paiement Jumia Pay”

1
Tanguy Leriche, CEO de Jumia Algérie: “Nous sommes en discussions avancées pour déployer notre solution d’e-paiement Jumia Pay”
Tanguy Leriche, CEO de Jumia Algérie: “Nous sommes en discussions avancées pour déployer notre solution d’e-paiement Jumia Pay”

Tanguy Leriche, récemment nommé à la tête de Jumia Algérie, aborde dans cet entretien accordé à 24H Algérie le paiement électronique en Algérie. Il fait part de son appréciation quant à la hausse du nombre des opérations d’e-paiement et nous explique, comment la solution Jumia Pay est en mesure d’encourager les internautes algériens à payer en ligne. Le secret pour promouvoir l’epaiement, « c’est l’expérience client », affirme-t-il.

1 – En tant que première boutique en ligne en Algérie, de ce fait un opérateur du commerce électronique, quelle lecture faites-vous des derniers chiffres du Groupement d’Intérêt Economique Monétique (GIE Monétique), concernant le paiement électronique en Algérie ? 

Je pense qu’il est important de rappeler ce que nous faisons. Jumia est l’équivalent d’un grand centre commercial mais virtuel. Il connecte des millions de consommateurs à de nombreux vendeurs, leur permettant ainsi de choisir parmi un large éventail de produits. Notre cœur de métier repose sur trois axes: Tout d’abord, notre place de marché (marketplace), qui regroupe marques et vendeurs avec des produits de différentes catégories. Ensuite, Jumia Services pour la gestion de la logistique, et qui permet la livraison de millions de colis par an. Et finalement Jumia Pay, notre plateforme de paiement électronique. Cette dernière est disponible dans la plupart des pays où nous opérons mais malheureusement pas encore en Algérie.

Les chiffres que vous mentionnez datent de la période juste avant la crise et déjà on y voit une forte accélération du paiement en ligne. La crise sanitaire liée au coronavirus a démontré que le modèle du commerce électronique est très pertinent et peut être un accélérateur pour l’économie digitale, dont le paiement électronique. Certes, nous n’en sommes qu’au début, mais pour moi, ils sont positifs car ils montrent une demande croissante de la part des consommateurs algériens. 

2 – Nous avons remarqué que Jumia Algérie ne fait toujours pas partie des « webmarchands » intégrés par la SATIM …

Nous sommes en discussion avancée avec la SATIM (Société d’Automatisation des Transactions Interbancaires et de Monétique), via le GIE Monétique et la banque qui nous accompagne pour intégrer Jumia Pay. Cette dernière est une solution de paiement simple, rapide et sécurisée qui facilite le règlement des achats et factures en ligne. 

Plus précisément, il s’agit d’une solution “host to host”. Une fois le paiement effectué, le client n’est pas redirigé vers le site externe de la SATIM. Jumia Pay permet ainsi une transaction plus rapide, réduit les risques de crash ou de “timeout” (expiration de la session), notamment lorsque la connexion Internet est faible. 

3 – La loi de 2018 prévoit dans son article 8 que l’activité de commerce électronique est soumise (…) à la publication d’un site ou d’une page web hébergée en Algérie avec une extension “.com.dz”. D’ailleurs, l’administrateur du GIE Monétique, Madjid Messaoudene a lui même expliqué que le nombre de webmarchands intégrés dans la plateforme de paiements de la SATIM peine à augmenter en raison du manque d’offres d’hébergements en Algérie. Comment Jumia compte s’aligner sur cet article de loi, au lancement de sa solution PAY ?

L’extension “.com.dz” n’est plus exigée. Le seul pré-requis administratif est d’avoir le code d’activité de vente à distance. 

4 – Vous aviez rappelé, dans votre précédent rapport, que les consommateurs chez Jumia Algérie restent toujours attachés au paiement par cash. Comment comptez-vous convaincre vos consommateurs de payer en ligne ?

L’Algérie est un marché de cash. Pas de doutes là-dessus. Nous constatons, tout comme dans les pays africains où Jumia est déployé, que les consommateurs sont initialement plus confiants avec le cash. Payer à la livraison est ressenti comme une assurance par le client. 

Cependant, si nous proposons au consommateur une expérience client à la fois la plus simple mais toute aussi efficace et sécurisée, les transactions par paiement électronique augmenteront très vite.

 Jumia, avec son expérience dans 11 pays d’Afrique, constate que le nombre des utilisateurs de notre solution est conséquent. Aujourd’hui, 35% de nos transactions au niveau Groupe se font via Jumia Pay. Nous avons aussi noté une forte accélération de la transition vers les achats via paiement électronique sur Jumia dans tous les pays dans lesquels nous avons mis en place cette solution. Dans certains pays, le taux de paiement en ligne est passé de 10% à 40%. 

Il n y a pas de raison que ce soit différent pour l’Algérie. Quand nous pénétrons un marché avec une solution qui offre une expérience client pertinente, le paiement électronique se développe naturellement. Je dis “naturellement” car Jumia a suffisamment gagné la confiance des consommateurs en Algérie. Et quand la solution d’e-paiement est pertinente, les gens vont commander et payer sur notre marketplace. Le déploiement de Jumia Pay fait ainsi partie de nos priorités actuellement.  

5 – Pensez-vous que le cadre réglementaire, c’est-à-dire la loi de 2018 sur le commerce électronique, doit évoluer ? 

Y a déjà un cadre réglementaire qui est là et qui nous permet d’avancer. Ce cadre sera amené à évoluer avec l’évolution des habitudes de consommation et des technologies. La meilleure manière de le faire évoluer est de réunir les acteurs, webmarchands, les banques et les inciter à prendre part à ce développement.

De notre côté, nous proposons d’avancer sur deux aspects. Le premier est d’élargir la définition de commerce électronique dans les textes pour qu’elle puisse intégrer les acteurs marketplace qui ont le rôle d’intermédiaires entre le vendeur et le consommateur. 

La deuxième concerne le e-paiement. Nous espérons que le cadre légal pourra évoluer pour permettre à une solution comme Jumia Pay, de devenir une plateforme d’e-paiement pour d’autres acteurs, autres que Jumia. Et ainsi participer à une démocratisation plus rapide du paiement électronique.

6 – Le nombre de commandes en ligne a augmenté durant le confinement. Est-ce que Jumia a enregistré une tendance semblable ? 

Nous ne fournissons malheureusement pas les chiffres de Jumia par pays. 

Ce que je peux vous dire, c’est que nous avons constaté que les habitudes des consommateurs ont évolué pendant cette crise. Ils ont été plus nombreux à venir sur les catégories sanitaires et alimentaires. C’est pourquoi nous avons fourni de gros efforts pour enrichir ces catégories, à travers des partenariats avec des acteurs majeurs de la distribution et des groupes agro-alimentaires. 

Il est important de noter que la partie “consommateur” n’est pas la seule à avoir changé. Plusieurs grandes marques sont venues nous rejoindre ou ont exprimé leur intérêt. Citons Danone, Celio, Okaidi, Pepsi, Coca, Nike. En effet, la crise accéléré la prise en compte par de grandes entreprises du e-commerce comme un axe de développement stratégique important. Cette tendance perdurera au-delà de la crise.

7 – Vous avez récemment été nommé à la tête de Jumia Algérie. Quels sont vos chantiers ? 

Mes priorités s’inscrivent dans la lignée du Groupe Jumia, qui a pour vocation la démocratisation de l’e-commerce, livrer un large éventail de produits à domicile à des personnes, peu importe où elles habitent. Avec deux corollaires importants: le développement de l’activité des petites et moyennes entreprises et la création d’emplois, allant des emplois non-qualifiés à très qualifiés.

Pour l’Algérie, nous avons trois axes spécifiques de développement. Tout d’abord l’expérience client. Nous voulons donner accès au e-commerce à tous les Algériens. Nous avons ouvert 4 nouvelles wilayas depuis Mars et nous devrions couvrir 75% de la population d’ici la fin de l’année. Nous avons aussi récemment lancé une version arabophone du site. Nous travaillons aussi sur d’autres projets de développement comme la multiplication des points relais dès cet été. 

Ensuite nous aspirons à offrir au consommateur une large gamme de produits de qualité en en nouant plus des partenariats avec de grandes entreprises. Finalement, travailler avec nos partenaires pour offrir les prix les plus bas possibles et rendre le commerce en ligne accessible au plus grand nombre de consommateurs.

Article précédentInfrastructures Internet: Demande locale, hébergement étranger … le casse-tête du monopole
Article suivantQuel journalisme pourrions-nous offrir à notre société !

1 commentaire

Laisser un commentaire