Lancement de la plateforme « TAHYA CINÉMA »

0
La plateforme Tahya Cinéma
La plateforme Tahya Cinéma

«Tahya Cinéma» est une plateforme qui rassemble et connecte les talents, les compétences et les professionnels du secteur de l’audiovisuel et du cinéma en Algérie et leur fournit les outils pour trouver des opportunités de travail dans le secteur de l’audiovisuel et du cinéma, mais aussi des opportunités de production, et de financement à leurs projets de films. Elle sera lancée le 1er septembre 2020.

La plateforme Tahya Cinéma met en relation le monde de l’entreprise et celui de la création audiovisuelle et cinématographique : elle propose à ses membres un réseau de professionnels et des opportunités de travail et permet aux porteurs de projets de rencontrer des bailleurs de fonds (producteurs, investisseurs, sponsors ou mécènes). Tahya Cinéma offre aux porteurs de projets de film la possibilité de trouver des sources de financement dans la réalisation des projets cinématographiques.

Tahya cinéma comprend un volet ressources en accès libre afin d’encourager la circulation de l’information et permettre aux nouveaux membres de trouver les outils nécessaires à leur initiation aux métiers du cinéma et de l’audiovisuel.

Il est composé de trois catégories. La première est la formation, la plateforme propose un annuaire accompagné d’un moteur de recherche regroupant toutes les informations en matière de formation dans les métiers du cinéma et de l’audiovisuel, en Algérie et dans le monde : écoles, ateliers, résidences, etc

La deuxième est le financement, un annuaire accompagné d’un moteur de recherche permettant de trouver des ressources pour le financement des films à travers le monde. Le troisième est la distribution, à travers une liste des salles de cinéma et de ciné-clubs actifs en Algérie ainsi qu’un moteur de recherche présentant les festivals dans différents pays du monde.

Histoire du projet

L’idée de la plateforme Tahya Cinéma est née de l’expérience de terrain de sa fondatrice Drifa Mezenner et de sa conviction que la solution est collective et que l’industrie cinématographique nécessite, en plus de la passion, des compétences et des soutiens financiers. Drifa Mezenner a travaillé durant plusieurs années en qualité de graphiste puis comme documentariste.

Son premier long métrage est actuellement à l’arrêt car elle rencontre d’insolubles difficultés d’accès aux sources de financements et de techniciens. Cette situation l’a amenée à se questionner sur la problématique du financement du cinéma en Algérie et de la mise en relation des professionnels du domaine. Des questionnements qui ont notamment pris forme lors de sa participation à l’Académie des managers culturels de Berlin en automne 2016 et au terme de laquelle son projet « Business to Cinema » a remporté un soutien total de la part du Goethe Institut. Son projet s’est construit à partir de plusieurs ateliers de brainstormings sur les sources de financements, les difficultés rencontrées et les solutions existantes, avec différents professionnels du monde du cinéma algérien.

Les brainstormings, qui ont constitué une première base de données sur les besoins des professionnels du cinéma, ont été organisés avec l’aide d’Abdelkrim Boudra, directeur de l’institut IICOM d’Alger, et ont abouti à un memento comprenant des recommandations sur toutes les étapes de la création cinématographique en Algérie. Ce sont là les prémisses de la plateforme Tahya cinéma que Drifa Mezenner, grâce au soutien continu du Goethe Institut, a pu poursuivre immédiatement le développement jusqu’à son aboutissement. D’abord avec le développeur Moncef Chetitah, puis Amine Bendjoudi a ensuite rejoint Tahya Cinéma, insufflant plus d’interactivité à la plateforme. En 2018 c’est l’équipe des développeurs Hamza Benahcène, Mohamed Fatah et Ayoub Boudelaa qui ont pris le relais pour arriver à une version 1.0.

Laisser un commentaire