Covid-19 : réception de 700.000 doses de vaccin « Sputnik V » ce vendredi

0
Covid-19 : réception de 700.000 doses de vaccin
Covid-19 : réception de 700.000 doses de vaccin "Sputnik V" ce vendredi

700.000 doses de vaccin russe anti-Covid 19,  Sputnik V, seront réceptionnées ce vendredi, indique le directeur général l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), le Docteur Fawzi Derrar.

Dr. Derrar a annoncé, d’autre part, le parachèvement des négociations avec les laboratoires américains Pfizer, Johnson-Johnson (récemment accrédité) et « Noavavax » dont l’autorisation de mise sur le marché est en cours de validation par l’Agence américaine du médicament (FDA).

Le laboratoire « Noavavax » s’est engagé, selon Dr. Derrar, à « fournir cette matière à l’Algérie en premier ».

LIRE AUSSI: Vaccination covid-19: lancement de la plateforme électronique d’inscriptions

Assurant que l’Algérie n’était pas en retard en matière d’acquisition de vaccins, M. Derrar a soutenu que ces allégations ne reposes ni sur des rapports ni sur aucun fondement scientifique. 

Il a précisé que l’obtention progressive des doses « est due à la pression mondiale et à la large demande sur les vaccins », relevant que l’Algérie « suit de près tout ce qui se passe dans le monde en termes des variations du virus à l’effet d’acquérir des vaccins plus efficaces en adéquation avec ces changements ».  

Après avoir bénéficié progressivement du vaccin russe et chinois, le même responsable a fait état « d’autres consultations en cours avec un deuxième laboratoire chinois pour acquérir les doses nécessaires et « accélérer la cadence de la vaccination destinée aux différentes franges de la société ».

« L’Algérie a élaboré une stratégie pour acquérir le vaccin et garantir une large couverture pour 70 % de la population, d’autant que la moitié des doses sera obtenue dans le cadre des mécanismes internationaux (COVAX et CDC de l’UA), et l’autre par la négociation directe avec les laboratoires concernés », a-t-il conclu.

Par ailleurs, L’Union européenne (UE) a fait don à l’Algérie de kits de tests antigéniques et de PCR en sus d’un matériel médical devant permettre au pays d’élargir le dépistage des cas de coronavirus, dans le cadre du partenariat entre l’Algérie et l’UE, impliquant également le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

Le lot comprend 100,000 kits de prélèvement et 100,000 kits d’extraction qui permettront la réalisation de 100 000 tests PCR et « sont capables de détecter le nouveau variant de coronavirus, très contagieux », explique l’Union européenne dans un communiqué. Ils viennent s’ajouter aux 20.000 tests PCR et 400 .000 tests anti-géniques rapides, réceptionnés le mois dernier, dans le cadre du projet « Réponse solidaire européenne à la Covid 19 en Algérie ».

Ce don européen a été effectué dans le cadre de l’initiative conjointe « Team Europe » d’appui aux pays partenaires dans leur lutte contre la pandémie de la Covid-19. L’UE a mobilisé une enveloppe financière de 75 millions d’euros de son budget de coopération avec l’Algérie pour les ré-allouer à la réponse à la crise dont 43 millions d’euros destinée à l’acquisition d’équipements médicaux et 32 millions d’euros pour l’appui à la reprise économique.

Un autre don européen à prévoir les prochains mois

Pour l’ambassadeur-chef de la délégation européenne en Algérie, il s’agit d’un second arrivage après celui déjà réceptionné par l’Algérie, il y a quelques mois, et consistant en des moyens de protection contre la pandémie. « Aujourd’hui, il est question de la réception d’un matériel de dépistage (Kits antigéniques et PCR), en attendant, l’arrivage, dans les mois à venir, d’autres équipements dont des lits d’hôpitaux », a-t-il détaillé.

Selon la représentant du PNUD à Alger, cet accord représente un « contrat de confiance » entre les différentes parties. « l’Algérie nous a accordé sa confiance pour pouvoir matérialiser cet entendement multilatéral », a-t-elle dit, soutenant que pour venir à bout de la pandémie, il est recommandable d’agir « ensemble ».

La directrice du Projet a, pour sa part, expliqué que ce dernier s’articule autour de trois axes. Il s’agit, tout d’abord, d’un premier arrivage de matériel de radiologie, de réanimation et de moyens de protection pour les professionnels de la santé, puis le renforcement des capacités de formation des professionnels de la santé et, enfin, la communication pour améliorer la sensibilisation du grand public sur les gestes barrières pour réduire la circulation du virus.

Article précédentCovid-19: don européen à l’Algérie de 200.000 kits de dépistage
Article suivantPandémie: l’Unicef alerte sur la régression des indicateurs de l’enfance

Laisser un commentaire