Séisme de Bejaia: plus de 300 bâtisses dégradées, selon les experts

3
Séisme de Bejaia: plus de 300 bâtisses dégradées, selon les experts

Plus de 300 bâtisses, constructions individuelles et collectives, écoles et autres structures publiques, ont été affectées, à de variables degrés de par le séisme qui a frappé Bejaia dans la nuit du mercredi à Jeudi, selon un bilan non exhaustif de l’organisme de contrôle technique de construction (CTC).

Les équipes du CTC qui poursuivent encore leur travaux de prospection et de classification, indiquent que le séisme et ses nombreuses répliques ont sérieusement touché le « vieux Bougie » et mis à rude épreuve les constructions à l’instar à la rue Fatima, non loin du célèbre lycée Ibn Sina et de la poste centrale dont les murs portent la trace des secousses qu’ils ont endurées durant plus de 24h.

Les bâtisses qui ont le mieux résisté sont visiblement fissurées et leurs murs intérieurs ou façades se sont tout bonnement transformés en ruines.

L’absence de victimes, relève le correspondant de l’Agence officielle sur place, n’est dû qu’à la fuite des habitants dès la secousse de l’après-midi. Une fuite qui, tous compte faits leur a permis de sauver leurs peaux. La plupart des immeubles, étaient vides au moment du passage de la grande secousse.

Les bâtisses de la haute ville très dégradées

Le bâti le plus éprouvé est recensé dans les quartiers allant de la place Medjahed, jusqu’à Sidi-Ouali, en passant par Bab-Elouz, Bab-El Fouka, Houma Karamane, et Amimoun qui restent entièrement exposés.

Quelques particuliers ont refait à neuf vigoureusement leur maison certes, mais la majorité, plus de 500 familles, faute de moyens, s’y ancrent encore, gardant l’espoir tout de même de se recaser ailleurs.

Les ministres de l’Intérieur et de l’Habitat dépêchés sur place le lendemain de la secousse, ont promis d’aider les habitants à soutenant l’option de les reloger du côté de Oued Ghir où s’érige le nouveau pôle urbain de Bejaia, conçu pour accueillir plus de 80.000 habitants.

Quelque 500 logements fin prêts leur seront rapidement dédiés, promettent les ministres incitant les autorités locales à achever au plus vite les travaux de VRD.

Le séisme a frappé et fragilisé sans distinction, toutes les constructions et bâtisses soumises à l’érosion du temps ou au non respect des strictes règles de construction aux normes parasismiques mise en vigueur depuis le tristement célèbre séisme de Chlef le 10 octobre 1980.

Selon la wilaya, pas moins de cinq mosquées et une vingtaine d’établissements scolaires ont été affectés et cessé leur activité séance tenante.

De ce lot, se dégage nettement le lycée El-Hammadia, qui accueille, quelques 1800 élèves, siège d’une forte dégradation, et qui va devoir reporter sa reprise après les vacances de printemps, prévue pour dimanche.

Le ministre de l’intérieur a avancé un délai de 10 jours pour remettre l’établissement sur pied accueillir de nouveaux les lycéens dans les meilleurs conditions. D’autres établissements, qui verront leur remise sur pied, entamée dés la fin des expertises.

Leur directeurs ont déjà établis les diagnostics y afférents autant que leur besoin et les travaux devront commencer en urgence avec l’hypothèse de l’engagement des entreprises à mobiliser à faire tourner leur chantier à une cadence de 24/24 heures.

Article précédentSéisme de magnitude 7,2 dans le nord-est du Japon
Article suivantThéâtre :l’Arlequin de Goldani tente de s’adapter à la Halqa

3 Commentaires

Laisser un commentaire