Santé mentale des jeunes: le Covid n’est que «la partie émergée de l’iceberg», selon l’Unicef

1
Santé mentale des jeunes: le Covid n'est que «la partie émergée de l'iceberg», selon l'Unicef
Backlight of a teenager depressed sitting inside a dirty tunnel
Google Actualites 24H Algerie

L’épidémie de Covid-19 n’a fait qu’aggraver la santé mentale des enfants et des ados dans le monde, qui nécessite davantage d’investissements, s’alarme l’Unicef dans un rapport publié mardi 5 octobre .

«Les conséquences de la pandémie sont considérables, et il ne s’agit là que de la partie émergée de l’iceberg. Avant même qu’elle ne survienne, bien trop d’enfants souffrant de problèmes de santé mentale n’étaient pas pris en charge», assure la directrice générale de l’Unicef, Henrietta Fiore, dans un communiqué.

L’agence de l’Onu chargée de l’enfance a publié mardi un rapport sur la santé mentale des enfants dans le monde, dévoilé à l’occasion d’une conférence internationale sur la santé mentale organisée à Paris et intitulée «Mind Our Rights, Now!». Au niveau mondial, «plus d’un adolescent sur sept âgé de 10 à 19 ans vivrait avec un trouble mental diagnostiqué», et «près de 46.000 adolescents se suicident chaque année, ce qui en fait l’une des cinq principales causes de décès pour cette tranche d’âge», selon l’Unicef. Or, selon le rapport, «seuls 2% environ des budgets publics alloués à la santé sont affectés à la santé mentale dans le monde».

«Un sentiment de peur, de colère et d’inquiétude pour l’avenir chez les jeunes» selon l’UNICEF

Selon l’Unicef, la situation a été aggravée par la pandémie de Covid et les restrictions qu’elle a entraînées. «Au moins un enfant sur sept dans le monde a été directement touché par des mesures de confinement et plus de 1,6 milliard d’enfants ont vu leur éducation négativement affectée», souligne l’organisation. «La perturbation du quotidien, de l’éducation, des activités récréatives ainsi que les préoccupations liées aux revenus et à la santé de la famille ont généré chez de nombreux jeunes un sentiment de peur, de colère et d’inquiétude pour l’avenir», poursuit-elle.

Dans son rapport, l’Unicef appelle à «investir de toute urgence dans la santé mentale des enfants et des adolescents». «La santé mentale fait partie intégrante de la santé physique (…). Nous avons trop longtemps négligé, tant dans les pays riches que dans les pays pauvres, l’importance de comprendre cet enjeu et d’investir suffisamment dans ce domaine», insiste Henrietta Fiore.

Article précédentPierre Chaulet, un héros
Article suivantTéléphonie mobile: légère baisse des abonnés au 2e trimestre de 2021 en Algérie

1 commentaire

  1. La santé mentale ou encore la santé tout court de l’enfant reste , indéniablement, liée aux conditions de vie au sein de la famille , sa propre famille.
    Depuis l’intronisation des réseaux sociaux, l’enfant reste la première victime de de monde virtuel . La première victime si les parents ne se donnent pas le temps de communiquer avec lui ( enfant) . Comme la vie du XXI e siècle est le modèle parfait de consommation, le père et la mère cherchent , plutôt, à s’occuper de gagner de l’argent pour nourrir la famille . L’enfant reste abandonné dans son propre monde celui du virtuel , la communication avec ses parents reste au strict minimum et même les repas ne se prennent pas ensemble . De chambre, ou il est resté cloître durant des heures, il sort juste pour aller manger une pizza ou un sandwich -taccos- par excellence. Il tourne avec ses amis de dehors , puis revient …. dans sa chambre reprendre ses connexions virtuels.
    Où est l’éducation. Parentale ? Aucun échange sur leur vie ou conditions de vie, l’enfant est ainsi happé par ce monde virtuel qui est très loin de son environnement. A mesure que les années passent , la déception , la frustration s’installent dans sa petite tête , c’est le début d’un glissement vers la dépression .
    Il est indispensable que les parents discutent et communiquent avec leurs enfants , c’est la clé de la réussite .

Laisser un commentaire