Said Boudour condamné à 2 mois de prison avec sursis

1
Said Boudour condamné à 2 mois de prison avec sursis
Said Boudour condamné à 2 mois de prison avec sursis

Le tribunal de Fellaoussen à Oran a a condamné le journaliste Said Boudour à deux mois de prison avec suris pour « outrage à corps constitué ». Il quitte la prison ce mercredi 10 mars 2021. Il a été relaxé pour les autres accusations. Son co-accusé, Noureddine Tounsi a été relaxé mais reste en prison, ayant été placé en détention provisoire dans une autre affaire.

Le Procureur près le même tribunal a requis plus tôt une peine de 6 mois de prison ferme et 20.000 DA d’amende contre le journaliste Saïd Boudour et son co-accusé, Nourredine Tounsi, lors du procès qui se déroule ce mercredi 10 mars 2021.

Le procès devait avoir lieu le 02 mars 2021 avant d’être reporté. La veille, lundi 01 mars 2021, le journaliste Saïd Boudour a été placé en détention provisoire, après s’être présenté devant le procureur près le tribunal de Fellaoucene d’Oran.

«Saïd Boudour a enregistré et déposé opposition contre le verdict prononcé à son encontre, une condamnation par contumace, et ce, en présence des avocats Ahmed Mebrek ,Farid Khemisti, Messaoud Ait Rahmane », précise le CNLD.

Said Boudour dénonce les conditions de détention

Le journaliste était poursuivi pour « outrage à corps constitué », en l’occurence l’ex-chef d’Etat-major, Ahmed Gaid Salah et le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati. Il est aussi accusé de « diffamation et début de menaces ». Les accusations « d’atteinte au moral des troupes de l’armée », « atteinte à l’unité nationale » et « publications Facebook pouvant porter atteinte à l’intérêt national » ont été annulées après re-qualification des faits.

M. Boudour avait été jugé par contumace le 24 novembre dernier et condamné à un an de prison ferme et 50.000 dinars d’amende ainsi que des dommages et intérêts de 500.000 dinars accordés à la partie civile.

Lors de son interrogatoire par le juge, Said Boudour a affirmé que « c’est le journaliste et militant pour les droits de l’Homme qui subit cet acharnement », dénonçant les conditions de sa détention, « qui ne sont appropriées pour aucun être humain sur terre » et les conditions de la tenue de son procès.

Article précédent6 mois de prison ferme requis contre Said Boudour et Nourredine Tounsi
Article suivantCovid-19: don européen à l’Algérie de 200.000 kits de dépistage

1 commentaire

Laisser un commentaire