Le russe Wagner au Mali : Paris s’inquiète et menace

2
Le russe en Wagner au Mali : Paris s'inquiète et menace

La société militaire privée russe PMC Wagner est en négociation avec les autorités de transition maliennes pour participer à des opérations de sécurité. A Paris, c’est l’inquiétude.
Le groupe Wagner, qui emploie des mercenaires et des anciens militaires russes, est en discussion avec Bamako, selon l’agence Reuters qui cite sept sources diplomatiques.


 « L’accord pourrait porter sur l’envoi d’un millier de mercenaires russes au Mali. Quatre sources interrogées par Reuters ont déclaré que le groupe Wagner serait payé six milliards de francs CFA (environ 9,15 millions d’euros) par mois pour ses services », rapporte l’agence britannique. Il s’agit donc d’une mission de formation, pas de combat.


L’accord pourrait également garantir à la société russe l’accès à trois gisements miniers, deux d’or et un de magnésium.
Selon une source sécuritaire travaillant dans la région, citée par Reuters, les anciens militaires russes seraient chargés de former les Forces armées maliennes (FAMA) et d’assurer la protection de certains hauts dirigeants maliens.


« Contradictoire avec l’action de la France au Sahel »

Reuters prend soin de souligner qu’elle n’a pas été en mesure de confirmer ces informations « de manière indépendante » et le groupe Wagner, qui officiellement est basé en Argentine, n’a pas répondu aux demandes de commentaire de la part de l’agence.
La France a vite réagi à ces informations. Jean-Yves Le Drian, le chef de la diplomatie française, a déclaré devant la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale qu’une implication de la société russe Wagner au Mali serait « incompatible » avec le maintien d’une force française dans ce pays africain.


« Les paramilitaires de Wagner se sont illustrés dans le passé singulièrement en Syrie, en Centrafrique beaucoup avec des exactions, des prédations, des violations en tous genres, ne peuvent pas correspondre à une solution quelconque », a-t-il dit, repris par l’AFP.


« Si les autorités maliennes devaient contractualiser avec la société Wagner, ce serait extrêmement préoccupant et contradictoire, incohérent avec l’action de la France au Sahel », a réagi Florence Parly,  ministre des Armées.


« Le Mali entend désormais diversifier ses relations »

Le ministère malien de la Défense a confirmé à l’AFP les pourparlers avec Wagner. « Le Mali entend désormais diversifier et à moyen terme ses relations pour assurer la sécurité du pays. Nous n’avons rien signé avec Wagner, mais nous discutons avec tout le monde », a-t-il indiqué.


Début septembre 2021, Sadio Camara, ministre de la Défense malien, était en visite à Moscou pour parler « d’un partenariat » avec la Russie et « de questions de sécurité en Afrique de l’Ouest ».


Des spécialistes rappellent que la coopération militaire entre le Mali et la Russie (ex-Union soviétique) remonte aux années 1960. Moscou a vendu des équipements militaires et du matériel de guerre à l’armée malienne dans les années 1990 également.


Départ des troupes françaises vers le Niger ?

Selon l’Express, si le scénario Wagner se concrétisait, un départ rapide des troupes françaises du Mali vers le Niger voisin serait étudié.
Pour tenter de convaincre Bamako de ne pas signer cet accord, la France a sollicité l’aide de certains de ses alliés, comme les Etats-Unis, et envoyé des émissaires au Mali et en Russie, ont révélé des sources diplomatiques, citées par Reuters.


Le 8 septembre 2021, et pour aborder cette question, l’envoyé spécial de la France pour le Sahel, Christophe Bigot, ancien ambassadeur de la France en Israël et ancien cadre de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure), s’est rendu à Moscou pour un entretien avec Mikhaïl Bogdanov, représentant spécial du président Vladimir Poutine pour le Moyen-Orient et l’Afrique.

Paris cherche à réduire la présence de ses soldats au Mali et à transformer l’opération militaire Barkhane en « coalition internationale » (la force Takuba composée de 500 hommes ) impliquant  ses alliés européens pour lutter contre le terrorisme, avec un appui logistique américain.


« L’armée secrète de Poutine », selon Amnesty

L’arrivée des militaires de Wagner risque de perturber ces « calculs » opérationnels. Paris ne considère pas Moscou comme « un allié stratégique » de lutte contre le terrorisme en Afrique.


« La Russie poursuit son rapprochement avec Bamako… au risque de fâcher Paris », écrit l’hebdomadaire français Le Point.
Moscou nie habituellement tout lien avec le groupe Wagner soulignant que les sociétés militaires privées sont interdites en Russie.
Wagner, qui serait financé par l’homme d’affaires Evgueni Prigojine et commandé par Dimitri Outkine, un ex-lieutenant-colonel du renseignement militaire russe, est déjà présent en Libye, en Centrafrique, au Mozambique, au Zimbabwe, au Soudan, en Syrie, en Ukraine et au Venezuela.


Fin août 2021, l’ONG Amnesty international a publié un rapport considérant Wagner comme « L’armée secrète de Poutine ».
« L’opacité, le crime, et l’impunité. Voilà comment l’on pourrait définir le groupe Wagner, une armée privée de mercenaires travaillant pour le compte de la Russie, mêmes s’ils s’en défendent. On les retrouve dans plusieurs pays où ils sont employés pour, officiellement, gérer la sécurité », écrit Amnesty.

Article précédentAbderrahmane Hamzaoui nommé président de l’Observatoire national de la société civile
Article suivant«Répression ou libre débat ? Une question de civilisation »

2 Commentaires

  1. Au Mali , il y a beaucoup de soleil et les Russes aiment le soleil ,
    au Mali , il y a beaucoup de ressources naturelles et les russes en raffolent,
    au Mali , la France a passé des années et des années sans pouvoir arriver à exterminer le terrorisme et les Russes peuvent le faire en un rien de temps.
    La France veut s’installer au Mali et dans toute la région du Sahel pour en faire une propriété privée et les russes ne le feront que ponctuellement en contre partie d’un contrat,
    La France voudrait bien impliquer toutes les armées des pays voisins pour l’aider à s’installer et les russes ne s’engageons que seuls , sans la participation des pays voisins.
    La France , comme un pet garçon, cherche et demande laides des USA , mais les russes iront seuls et ILS IRONT .

Laisser un commentaire