Rachid Nekkaz quitte la prison à El Bayadh

0
Rachid Nekkaz quitte la prison à El Bayadh
Rachid Nekkaz quitte la prison à El Bayadh
Formation en marketing digital - Mojo CreaLab

Le militant Rachid Nekkaz a été libéré ce vendredi 19 février 2021 de la prison d’El Bayadh. Cette libération intervient suite à l’annonce du président Abdelmadjid Tebboune, la veille, d’une grâce présidentielle.

C’est un activiste au visage pâle et amaigri qui a été accueilli par des citoyens à sa sortie de prison, selon des images et vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

L’état de santé de Rachid Nekkaz se dégradait en prison. Selon ses avocats, il souffrait d’une hypertrophie de la prostate mais l’ex-détenu souffre également du foie. Il avait décidé d’entamer une grève de la faim ce 19 février prochain.

La chambre d’accusation de la Cour d’Alger avait rejeté le 20 janvier dernier une demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz. Elle avait transmis, en juillet 2020, le dossier a tribunal de Dar El Beida. En détention provisoire depuis le 04 décembre 2019, le militant est toujours en attente de la programmation de son procès.

Rachid Nekkaz accusé « d’incitation à porter des armes »

Il a été inculpé pour « incitation à porter des armes contre des représentants de l’État, incitation à attroupement non armé et publication Facebook pouvant porter atteinte à l’intérêt national ».

Rachid Nekkaz se plaignait depuis plusieurs semaines de la qualité de la nourriture dans la prison de Koléa. Il avait adressé une lettre au ministre de la Justice, Belakcem Zeghamti, pour dénoncer les conditions de détentions et proposer même une aide financière.

Des avocats alertaient également sur son état de santé.

Trente-trois détenus d’opinion ont quitté la prison ce 19 février. D’autres, notamment ceux dont les condamnations ne sont pas définitives, attendent que les procédures soient accomplies auprès des juridictions compétentes, annonce un communiqué du ministère de la Justice.

Article précédentLe journaliste Khaled Drareni libéré
Article suivantLe concept du théâtre de la ville bientôt adopté en Algérie

Laisser un commentaire